Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 2018

Rédigez ici vos carnets de voyage hors-USA
Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 2018

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 22:50

Image

Bonjour,

Cet été, je suis partie faire un petit tour en Jordanie...

Une des choses qui fut constante au cours de ce bref voyage fut les mosaïques, d'où le nom du carnet:
Mosaïque jordanienne, en 6 teintes de déserts, ruines, forts...

Voilà le programme:

Image

J'aime bien commencer mes carnets par un méli-mélo d'infos, d'impressions, de commentaires. Pour la Jordanie, ce sera un Abézédaire...

Un exemple:
BOISSONS, tu limoneras en verdissant ou théant...
Côté boisson ce fut la découverte de la Limonana ou citronnade mentholée. Du citron, de la menthe, de la glace dans un blender... et zou. J'ai apprécié le côté rafraîchissant, un peu moins le coût en nos restos. En général, le verre est facturé 5 JOD ou 6,50 euros.

La boisson nationale, c'est le thé, souvent infusé avec de la cardamone (que je n'apprécie guère) et de la sauge. L'avantage du thé c'est que l'eau a bouilli et donc peut se boire partout. J'en ai bu des bons sans être mémorables.

Il y a aussi le café, je n'ai pas été transcendée par ceux goûtés. le matin, il était souvent trop light ou trop fort et le midi, j'ai bien souvent oublié d'en boire. J'en ai acheté à l'aéroport (5 dollars les 250g) car je n'en avais plu dans la mouture permettant de faire du café... grec/turc/arabe... J'avais choisi de prendre du "sans cardamone" et à mon grand regret, il en a tout de même un léger goût. A bientôt peut-être, pour le test de lecture de l'avenir dans les formes une fois la tasse retournée...

Image

Le carnet se détaille par ici:
https://madikeravoyages.fr/crbst_930.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018


Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 22:52

A toutes amman-ailes

Samedi 14 juillet 2018, réveil tranquille en mon hôtel à côté de la tour Montparnasse. Petit déj, bouclage du sac et zou c'est parti pour cette semaine de voyage.

J'aime bien dormir en ce secteur car c'est en toute proximité d'un point de départ des bus Direct pour les aéroports. Le décollage est prévu à 16h25, je vise un bus de fin de matinée. J'entends des hélicos, des avions... C'est jour de défilé.

Acheté à l'avance le ticket aller coûte 20 euros. Le bus n'est pas plein et me voilà au terminal 2A vers midi. Le guichet de Jordanian n'est pas encore ouvert. Il se trouve dans une petite salle en sous-sol, juste à côté de... British ! Histoire quand tu nous tiens, même dans les aéroports tu ne nous lâches pas !

Un menu sandwich dans un Relay et le guichet s'ouvre. J'enregistre très rapidement et remarque que les employés sont à cheval sur les kilos. Me concernant, c'est bon, le sac est à 18. Direction les salles d'embarquement, en effet, je préfère y aller le plus vite possible pour en finir au plus vite avec les longues files d'attente. En ce jour, il n'y a presque personne. Aucune attente à Parafe, chouette système automatisé de contrôle des passeports, encore peu utilisé et donc la plupart du temps sans attente. Au contrôle des sacs, c'est supra fluide et rapide. Il y a qqs mois, j'y étais arrivé au moment où il fallait faire exploser un sac oublié et du coup, cela avait été à l'arrêt un bon moment... Me voilà en zone sous douane et en attente d'embarquement.

Au moment d'embarquer, on me donne une nouvelle carte car j'ai été changée de siège. Je suis à côté d'un fort sympathique jeune couple de français qui bientôt seront dans la même Dream5 que moi. Suspense...

Le film des règles sécuritaires est un super chouette dessin animé, plein de créativité et d'humour. J'adooore. Cacahuètes, jus, un correct sandwich au poulet, deux films et à 21h41, heure locale soit 1 heure de plus qu'à Paris et donc 7 qu'en Martinique, après 4h30 de vol environ nous nous posons sur le sol du royaume hachémite.

L'aéroport Reine Alia, m'apparaît grand, moderne... Avant d'arriver sous douane un chargé d'accueil attend les membres de mon groupe avec des pancartes nominatives. Nous sommes 5 et devons aller faire la queue pour le visa d'entrée. Cela dure un peu trop longtemps à son goût. Du coup, nous sortons de la file, il prend nos passeports et nous dirige vers la zone d'arrivée des bagages. Les sacs/valises sont déjà là. Quelques minutes plus tard, il revient avec nos passeports et un visa collectif pour 5 qu'il faudra représenter à la sortie. Un des couples prend le visa pour en faire des copies à l'hôtel, copies qui lui seront refusées car "On n'en fait pas d'un document officiel". Bon, tout le monde a sa photo du visa...

Voilà votre navette, elle va vous emmener vers vos hôtels, bonne semaine à vous... Le rythme est actif mais tant mieux vu l'heure.

Quelle autoroute, quels ponts, quelle ville moderne presqu'à l'américaine... Tu ne crois pas si bien dire: un MacDo, un Poppeye, un Pizza Hut... Bon, la malbouffe sévit aussi ici, c'est un brin rassurant ou pas ! Il est passé 23 heures et il y a bien du monde dans les rues. Nous voilà au premier hôtel et le couple au visa descend. Une quinzaine de minutes plus tard, nous sommes 3 dans le hall de notre hôtel: le Mena Tyche. Voilà, vos clefs, on va vous porter un dîner dans la chambre, vous souhaitez boire quelque chose... Le rythme soutenu continu... Dernière info, rendez-vous demain à 9 heures dans le hall pour la première journée. 9 heures, cela va être en mode cool ce voyage !

Ascenseur, chambre 225, elle est grande et super a une maxi fenêtre qui s'ouvre, des rideaux bien occultants. Je devrai pouvoir dormir sans pb respiratoire. Par contre, vite coupons la clim réglée à 17°5 !!! Pas étonnant qu'il y ait une grosse couette de prévue !

Toc-toc-toc, voilà votre sac, votre dîner, votre Pepsi (grrr il n'y a pas de Coca). Good night. Il est presque minuit, les frites sont bonnes, la douche est chaude, le lit confortable. Demain matin, il sera temps d'inspecter et de ranger, je vais passer 4 nuits ici.

Image

Les compléments détails, infos, images sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_936.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 22:54

Première étape du voyage: c'est un petit tour dans Amman...

Quand Philadelphia admire des Qasrs, elle joue à Citadelle...

Quoi, qu’est-ce, ahhh zut j’ai oublié de mettre les bouchons d’oreille et la première lueur du jour vient d’apparaître à 4h49. Bis repetita à 5h04, le chant est mélodieux et semble résonner à l’infini. En fait il résonne à l’infini car tous les minarets d’Amman sont branchés sur la même radio et passent donc le même appel !

Les yeux se referment à peine et cette fois, c’est le téléphone qui sonne l’appel de l’éveil. Allez la mono-troupe, on active l’habituel programme du matin…

Il n’y a quasi personne quand je rentre dans la grande salle prévue pour le petit déj. Est proposé un buffet de salé et sucré avec une grosse tendance en faveur du salé. Je trouve de quoi me sustenter, le café n’est pas très bon et ne donne guère envie d’y revenir. Tant mieux, car en voyage je bois le moins possible dans l’heure précédent le départ de la journée. Celles et ceux me connaissant ou voyageant virtuellement avec moi régulièrement savent que je suis une "Marie pisse 3 gouttes" qui ne tient guère plus d’1h30/2 heures et les autres vous le découvrez ! Du coup mon obsession, en journée, c’est de boire le moins possible tant que je ne sais pas où et quand se dévoileront les prochaines commodités. Ainsi, vous me verrez toujours y aller dans les 5 minutes précédant un départ et en général je suis la 1ère à y courir quand on arrive quelque part. Il m’est impossible d’envisager une activité de plus d’1h30 sans absolue garantie commodante.

Il reste du temps pour mieux découvrir la chambre, ranger les affaires dans le grand placard d’entrée. Bien préparer un sac de voyage, c’est pouvoir le décomposer/recomposer en une dizaine de minutes maxi. Donc, chaque catégorie d’objets est dans un sachet ou une trousse spécifique et a une place déterminée dans le grand sac. Il me reste à préparer le petit sac à dos pour la journée avec mon impérative méga trousse médicale, le brumisateur, le protecteur solaire, l’appareil photos… et le chapeau avec son attirail de couvrage et ombrage. Si vous avez du mal à comprendre, un petit tour par l’Abézédaire à la lettre M vous éclairera…

Il est 8h50, dans le hall, le couple arrivé en même temps que moi attend, deux femmes nous rejoignent et un guide nous dit bonjour. 8h55, vous devinez où je file… et là je me découvre un pote de commodités qui y ira presque autant que moi tout au long du voyage. Cela fait du bien de ne pas être seule au ban des problématiques !

Un grand bus nous attend, si vous avez lu l’intro, vous savez que c’est Phiphi. Alors ce groupe, il est de quelle taille, angoisse maxi avant de monter dedans ???

15, nous serons 15. C’est le moment de se choisir une place ou au moins une zone de place. La plupart des humains, dont moi parfois, ont tendance à s’approprier l’espace et donc à avoir droit d’assise dès la première pose de fesses. Alors l’avant du bus est pris, au tiers il y a la clim centrale donc une zone à fuir impérativement. Ce sera le 2ème tiers près de la 2ème porte. Comme je suis seule en cette zone en ce premier transport, je peux couper toutes les ventilations des sièges environnants et ainsi limiter l’impact de la clim. Ce fut une méga chance qui a tenu quasi tout le voyage et donc m'a évité d'être affectée/infectée par la clim.

Il serait temps de partir car il y a un rendez-vous majeur à 18 heures et j’espère qu’on sera de retour à temps.

Ramzi, le guide nous explique que le programme se fera dans le sens Amman d’abord et châteaux du désert ensuite. Et c’est parti…

L’avantage d’être en hauteur dans un bus c’est qu’on peut bien observer le paysage, en l’espèce urbain. C’est dense, c’est cubique sans grandes variations, c’est méga chapodrapeauté, c'est sans joliesse… c’est nous voilà arrivés à la Citadelle. Pendant le trajet nous avons eu quelques infos sur l’orga générale: le bus a le wifi, de l’eau est à notre dispo dans la glacière, un téléphone aussi en cas de besoin d’appeler chez soi… et sur Amman. Je dois reconnaître que j’écoute plus que lightement car je sais bien que je vais retenir moins de 10% de ce qui est dit et n’ai aucune envie de sur-surcharger mes neurones en ces vacances. Par contre, ce que je teste immédiatement c’est le wifi et cela onde bien.

Comment vais-je faire pour pouvoir visiter en mode quasi solo ? J’explique mon besoin et c’est tout bon, j’ai droit à ma liberté à condition de respecter les horaires et de rester en visibilité. Plus visible que moi sur ce site, impossible: mon ensemble foulard/chapeau se repère de loin ! Une méga épine m’est enlevée du pied, le gauche ou le droit, that is the question ?

Amman, l’autre ville antique aux 7 collines fut, entre autres, la romaine Philadelphia et sur ce promontoire les traces s’en voient encore. Tout comme celles de l’église byzantine du VIème siècle ou des bains de la période Umayyades au VIIIème siècle ou celles de l’âge de bronze moyen (vers -2 250) avec la grotte. C’est un sympathique entrecroisement de styles, d’époques, de formes avec jolies vues sur les contre-bas de la ville et le théâtre.

Avant de passer à la suite, interro du jour: c’est qui l’autre ville antique aux 7 collines ? Il y a un gros indice dans le paragraphe précédent… En cadeau, je vous offre le nombre actuel de collines ou quartiers de cette mégapole de 5 millions d’habitants: 19.

Je pixelise, cela pixelise, beaucoup de monde pixelise mais surtout sur téléphone… Nous voilà au musée archéologique du site. Là, cela ne rigole plus car depuis des années, je rêve de voir une statue d’Ain Ghazal et là il y en a. Tu te dis peut-être mais késako ? Ce sont des statues datées de vers - 6 500 ans, donc parmi les plus anciennes retrouvées, moulées au plâtre de chaux et choupinettes tout plein. Pour vérifier, il te suffit de regarder les photos…

C’est quartier libre pendant 20 minutes, donc le musée cela va être en mode survol de chez survol. Bon, où sont ces statues, pas au centre, pas à gauche, pas au fond… évidemment à droite. On écrit de droite à gauche ici… Fan, j’en suis encore plus fan qu’avant. Il y a aussi des crânes enduits de chaux, une statue trouvée à Jéricho et qualifiée de "plus vieille faite par l’homme" mais non datée, les rouleaux en langue araméenne… La visite totale du site a duré 1 heure, une trop petite heure. Petite déception liée au mode de voyage… Tiens un signe, une statue coq, donc au moins 1 but ce soir…

Un petit coup de bus et nous voilà devant 6 000 places assises de théâtre romain, le plus grand du pays. Construit entre 138 et 161 sous Antonin le Pieux, il est toujours en activité. Pas sûre que Bercy (ou autre) soit toujours opérationnel dans 1 900 ans ! On l’admire d’en bas, d’à droite, d’en haut, d’à gauche, en montant, en descendant… Deux musées lui font deux ailes: celui du folklore et celui des traditions populaires. Ohh, les belles mosaïques, un coq… Signe de 2 buts annoncés ???

Il est 11h30, tout le monde est confortablement installé pour parcourir la centaine de kilomètres nous séparant du premier château du désert à visiter…

Image

Compléments et images, sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_937.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 22:55

Après-midi de cette première journée...

Quand Philadelphia admire des Qasrs, elle joue à Citadelle... suite

Plat, plat, plat il est le désert dans ce coin. Nous croisons des dizaines de camion chargé d’essence en direct depuis l’Arabie saoudite. Beaucoup de pays de la zone bénéficient de nappe d’or noir mais pas la Jordanie. La création de pays en a favorisé certains en leur attribuant plein de ressources alors que d’autres n’ont presque rien. Nous passons en bordure d’un gigantesque camp de réfugiés tenu par l’UNHCR en apprenant qu’il est rempli à 10% de sa capacité. La plupart des gens y ayant séjourné sont partis s’installer ailleurs ou sont retournés chez eux.

Roule, Phiphi, roule et à 13 heures gare toi devant le qasr (kasr, qsar, ksar… selon les traductions d’alphabets différents) al Azraq, la forteresse Bleue. Etonnant comme nom quand on sait que le bleu n’a pas forcément les faveurs du monde arabo-musulman. Il doit bien y avoir une raison à cette dénomination pour ce site, cette ville, mais je l’ignore, donc si…

L’oasis est fréquentée depuis le paléolithique, il faut dire qu’il n’y en aucun autre à quelques dizaines de kilomètres à la ronde. La bâtisse vit le jour du temps des romains vers 200/300, fut utilisée par les byzantins, les Omeyyades ou Umayyades et son allure actuelle lui vient des kurdes Ayyoubides (descendants d’Ayyoub) vers 1237 sous Izz ad-Din Aybak. Elle fut quartier général pour Hussein, lors de la grande révolte arabe de 1917 et du coup le célèbre Lawrence y séjourna. Bref, pratiquement 2 000 ans de service !

C’est une belle structure carrée, en basalete noir, avec de puissantes portes en pierre datant des romains. Le seul bois environnant, c’est du palmier et c’est pas top top question résistance. Du coup, tout ce qui pouvait être fait en pierre était fait en pierre !

Un petit tour dans la cour où une mosquée carrée trône. J’aime bien les marches pour rejoindre la terrasse faites de pierres dépassant les murs. Vu la construction, je me demande tout de même quelle est la part de réelle conservation et celle de reconstruction. Durée totale de la visite, y compris passage aux commodités, 25 minutes. C’est quand même tristesse de faire tous ces kilomètres et de ne pas prendre un peu plus de temps sur le site. Je sais, c’est le principe du voyage organisé, bien souvent plus de temps à la buvette qu’au musée ! En ce jour particulier, j’accorde une excuse potentielle, peut-être qu’ainsi nous rentrerons à l’heure pour…

Buvette, buvette… Il est temps d’aller déjeuner… Ce sera dans un resto touristique offrant un buffet et un maqluba ou retourné. C’est un plat de riz servi avec du poulet. Dommage, il n’y a pas de tahdig à ce retourné mais en même temps s’il y en avait, on se battrait peut-être pour le manger. C’est bon et s’y ajoute un Coca à 1 JOD, le moins cher du voyage ! En voyage, je cherche à boire au moins un Coca par jour, à titre préventif (enfin surtout gourmandif !).

La remontée vers Amman commence à 14h10. Cela devrait le faire pour ce soir… Il n’y a plus que 2 "châteaux" à découvrir. Sous le vocable de châteaux sont rassemblés forts, relais de chasse, caravansérails… Touristiquement parlant, cela fait probablement mieux de les nommer ainsi.

Et voilà déjà le premier: Amra ou le petit palais. Ici je sais qu’il y a de belles fresques et je sens bien qu’il n’y aura guère de temps pour prendre le temps. J’aurai totalement raison car descente et montée de bus comprises l’arrêt durera 30 minutes ! Du coup, c’est vite, vite le plus vite que je peux j’y rentre, bien évidemment sans écouter les explications.

C’est considéré comme étant un petit pavillon de chasse construit vers 743. Il y a 7 pièces dont des bains et chacune est illustrée d’un thème : chasse, zodiaque, pratique du bain… C’est entre abimé, grafitté et bien conservé. Cependant, c’est tout beau et vaut largement l’arrêt ! Le bâtiment d’à côté abrite le puits… Comme bien s’autres sites, il est classé au patrimoine mondial pour son unicité. Il me semble bien avoir vu un coq dans les fresques… Vite, vite un rapide tour aux commodités et s’en va Phiphi…

Le désert nous offre tornadettes de sable sur ocres platitudes. La grosse masse presque carrée, d’Al Kharaneh, est visible de loin. Presque carré car il mesure 36,5 sur 35,5 mètres à l’extérieur tout en bénéficiant d’une cour en 13 par 13. Que fut-il, cela reste du domaine des interrogations. Très probablement un caravansérail car il comprend des écuries, des greniers et des chambrées et de très nombreuses caravanes circulaient dans ce désert et avaient besoin d’espaces de repos.

Il est évalué datant d’avant 710, une inscription, trouvée dans une des pièces, à cette date atteste qu’il existait. Abd al-Malik, fils de Ubayd a écrit: "le lundi, 3 jours avant le mois de Muharram en l'an 92,…" soit le 24 novembre 710. C’est un des premiers exemples d’architecture islamique dans la zone. Les humains de l’époque n’avaient pas peur d’entreprendre de tels chantiers sans moyens techniques d’importance.

Une particularité m’a intéressée. La région subit régulièrement des tremblements de terre et la forme des murs est identique à celle utilisée par les incas pour y résister. C’est un trapèze plus large à la base qu’en haut. J’ai toujours la même interrogation sur les rénovations/reconstructions car tout cela me semble trop intact, en particulier à l’extérieur. Les marqueurs permettant de définir le reconstruit sont trop peu visibles à mon goût. Des visiteurs doivent imaginer qu’il a traversé les siècles en restant intact !

Le record du jour, en matière de vitesse de visite, est battu puisque nous ne sommes restés que 20 minutes y compris le temps d’aller du bus au parking et d’en revenir. Du coup, je suis bien échauffée pour ce soir, vu la course que cela a été pour parcourir, tout de même, quelques salles du premier étage !

Le détail route du jour, nous vient des cafetières monument d'entrée de ville. Elles symbolisent une commune bédouine.

Je savais que j’allais faire un voyage en mode survol, j’y étais préparée car comme je l’ai dit à diverses personnes "Entre rien du tout et un peu, je prends tout de même un peu". Cela n’empêche que j’espérais un peu plus, juste pour prendre le temps d’entrer en mode arrêt admiration. Là, ce fut en mode gym tonic !

Le point plus de ce rythme, fut que le bus s’est garé devant l’hôtel vers 17 heures. Du coup, il y a même eu le temps d’une douche avant de s’installer au bar devant une bière (nous étions dans un hôtel vendant de l’alcool), un plateau de grignoteries et encore assez d’énergie pour encourager, applaudir, crier… C’est là que la Dream5 est née car nous étions 5 à encourager les français alors que les autres présents, surtout des locaux, soutenaient la Croatie.

Nous avons profité des images jusqu’à la remise de la coupe, puis diné et finalement suivi les festivités à Paris grâce à TV5 Monde dans nos chambres…

Pour l’anecdote, je n’y croyais guère à ce titre car j’ai réservé ce voyage pendant la première partie de la coupe et vu le niveau me suis dit "Aucune chance". Par contre, j’avais pronostiqué la Croatie. De toutes façons, voir à la télé que ce soit à Amman ou en Martinique, cela ne change guère !

Et c’est en étant Champion du Monde que ce soir mes yeux se ferment…
Champion du Monde…

Image

Les détails imagés sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_938.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:06

La matinée du 2ème jour nous emmène découvrir une romaine...

Dis, quand tu prends une belle Décapole, tu Gérasa ou tu Jerash...

Le départ est prévu à 8h15, c’est déjà un peu moins les vacances. Il faut dire que ce matin, c’est mon hôtel qui monte en premier dans le bus. Ce choix est dépendant des directions de trajets.

Merci les bouchons d’oreille de m’avoir permis de bien dormir. Prépa du matin, bon petit déj et c’est le moment de passer les grosses chaussures de rando aux pieds. En ville, je préfère marcher avec du solide, de l’amortissant, du bien confortable. Je les sors du placard et… les ruines sont entrées dans la place ! Habiter dans une zone humide et partir vers une zone sèche, voire aride, c’est prendre le risque que rien ne résiste. Cela concerne la peau qui se crocodilise, les cheveux qui blanchissent, les élastiques qui se détendent, les colles qui dégluent… Le tissu a rétréci, les coutures ont lâché, les semelles se sont décollées… Un peu embêtant mais il reste les petites chaussures de rando, cela devrait suffire pour les quelques heures d’activité quotidienne. 8h10, direction le fond du hall à gauche…

Je retourne prendre mes quartiers au fond du bus, le reste du groupe est embarqué et nous voilà sur la route de Gerasa, Jerash ou autres noms. En chemin, diverses infos nous sont données sur le site et la région...

Gerasa est considérée comme une des villes romaines les mieux conservées. Son histoire commencerait avec le Grand Alexandre, même si cela ne fut pas prouvé. Donc, elle est grecque d’origine, un peu comme une égyptienne célèbre (première interro du jour, qui, qui ,qui ?). Avec 9 autres cités du secteur, elles forment une decapole (dix-cités) au moment de la chute de l’empire grec pour lutter contre leurs voisins. Parmi elles, il y avait Damas et Amman. Cela ne suffit pas et en -63, le romain Pompée y triomphe… Elle connut son apogée dans les années 200, avec environ 20 000 habitants. Au VIIème siècle, les perses et les arabes l’occupèrent. Puis les tremblements de terre, en particulier en 747/49, la détruisirent en grande partie. Au temps des croisades, un petit fortin y fut actif dans le temple d'Artémis. Petit à petit le sable la recouvrit et elle tomba dans un certain oubli. A partir des années 20 (il va bientôt falloir commencer à dire du XXème siècle ou 1920) l’ère des fouilles archéologiques et des reconstructions a commencé. Par exemple, l’arc d’Adrien fut remonté dans les années 80. Actuellement diverses équipes, dont des français, travaillent sur le site. Fut surtout utilisé du calcaire beige, devenant légèrement doré avec le temps, car disponible sur place. Diverses carrières l'attestent.

Il est 9h35 et nous voilà à l’entrée du site. J’ai rendez-vous vers midi au resto juste en face du site… Ma visite se fera en solo…

Plan de la ville en main, porte d’Adrien passée, l’empereur dudit nom l’inaugura, je commence par un peu de sport avec l’hippodrome. Il y a parfois des fausses/vraies démos de combat en matinée. Les chevaux bénéficiaient de 260 mètres de long pour ravir les 15 000 spectateurs. Panem et circenses, du pain et des jeux, comme disait Juvénal, le poète satyrique…

J’entre par la porte sud et me voilà dans un splendide forum ovale, un des plus grands de villes romaines, certains pensent même le plus grand avec ses 80 mètres par 90 et 56 colonnes encore debout. Effet bluffant !

Le tour de la ville continue par le cardo maximus, 800 mètres de voie traversante sud/nord et plus de 500 colonnes passées en mode corinthien au IIème siècle. Les romains organisaient leurs cités en fonction des points cardinaux. Il peut nous être difficile d’imaginer que les ruines que nous découvrons sont les restes d’une ville ayant bougé en 7/8 siècles d’existence, donc s’étant agrandie, embellie et ayant préféré les feuilles d’acanthe aux simples formes doriques ou ioniques. L’état actuel du site donne l’impression d’être presque 2 000 ans en arrière et je crois percevoir la vie autour de la fontaine, des bains, du marché, du boucher, un char passe et les pavés résonnent (bon c’est juste une poussette).

Vers le Nymphea (gigantesque fontaine), je me fais interpeller par des vendeurs de bimbeloteries souhaitant me montrer quelque chose. Je les préviens que je ne vais rien acheter. Ils me montrent un petit phénomène "de foire" en glissant une clef dans une jointure de colonne et cela bouge. Je suppose que cela doit ébahir une partie des visiteurs et donner lieu à moult Ohhh, Ahhh et du coup à des pourboires… Et oui, tout bouge sur Terre, même la Terre, mais nous n’en avons pas toujours conscience !

Me voilà à la porte nord et un big problème commence à poindre. Serait-ce un mirage ou un wc en cabine bleue ? C’était bien un wc, hélas fermé. J’apprendrai plus tard qu’il n’ouvre que le soir pour les spectacles. Je ne peux m’empêcher de pester contre ces endroits demandant plusieurs heures de visite, éventuellement avec des enfants, et n’envisageant pas qu’il puisse y avoir des besoins pressants. Courage, tentons de continuer car l’entrée et ses commodités sont super loin.

Le long de la voie, il y a plein de blocs taillés en exposition mais ni en vente, ni en captation. Attention aux douteuses propositions de souvenirs anciens… C’est le moment d’une interro archéo… Un chapiteau orné uniquement de deux volutes latérales est de quel ordre, tant chez les grecs que chez les romains ? La réponse à l'interro d'hier est Rome, Cléopâtre VII (la célèbre) à celle du début de matinée.

Pour pouvoir occuper un si grand nombre de citoyens, il y avait 2 théâtres. Le nord fut odéon (espace dédié au chant, à la musique…) et assemblée citoyenne. De nos jours, il continue à accueillir des spectacles chaque année lors du festival de la ville.

Artémis, déesse de la chasse et de la virginité, la protectrice de la ville trône au sommet d’une des colinettes en un massif temple. Voilà un bon exemple du méli-mélo gréco-romain du site. Ce qu’on voit est romain, pourtant les dénominations sont grecques. Alors, rendons à Diane ses belles colonnes de 16 mètres de haut et 1,5 mètre de diamètre que comme tout le monde, je pixelise à outrance. Enfin tout le monde n’adopte pas l’outrance comme base pixelisatrice ! Petite déception, un vendeur est installé au beau milieu du temple. Du coup je me réapprovisionne en eau car la bouteille emportée est vide. Il fait chaud, il fait sec, il fait soif, il fait mouille-chapeau...

Il est 11 heures, cela fait 1h30 que je gambade, dans environ 1 heure j’ai rendez-vous au resto, je ne veux pas être en retard sur l’horaire et surtout je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir encore tenir. Du coup, que faire ? Filer vers le théâtre sud ou passer par les églises des V/VIIème siècles pour admirer les mosaïques ??? Je décide de filer vers le sud et donc de me rapprocher de la sortie. Tant pis pour les petits carreaux, la vie nous oblige parfois à faire des choix et qui dit choix, dit renoncement…

Mais peut-être la cabine bleue visible dans le lointain… Hélas… Le théâtre sud, restauré dans les années 50, accueillait 3 000 spectateurs pour des spectacles variés. D’ailleurs en ce jour, il y a une petite animation touristique et spectacle ce soir.

Le temple de Zeus/Jupiter domine ce secteur et offre un superbe point de vue sur le forum, le temple d’Artémis, le cardo… Clic, un peu à droite, clic, un peu à gauche… et tout à coup une atroce douleur, je viens de me cogner l’avant de la jambe gauche sur un coin de socle de colonne. Plus que cogner car il y a un trou de presque un centimètre de long et il a l’air bien profond. J’ai du mal à bouger ma jambe et à marcher. Un mois, après, la cicatrisation n’est toujours pas terminée. A cet instant, je me dis que la suite du voyage va être complexe et que demain la mer Morte, c’est mort… Cette jambe cumule les cicatrices de voyage car c’est la même qui avait été bien abîmée en Argentine, en 2012.

Environ 800 mètres à parcourir, en faisant des pauses et tout de même encore un peu de pixelisations… La sortie, les toilettes, le resto… Je respire… Le patron du resto me voyant nettoyer ma plaie m’apporte du désinfectant. L’huile essentielle de lavande est dans le bus et pour l’instant il est fermé. Un Coca pour me réconforter et attendre les autres. Théoriquement, j’aurai pu rester une trentaine de minutes de plus sur le site car le groupe reviendra vers 12h30, techniquement je n’en suis pas sûre…

Gerasa est une fort belle cité romaine, parfois qualifiée de Pompéi du Moyen-Orient pour son niveau de conservation. Je vous conseille d’y envisager au moins 4 heures de temps de visite pour avoir la possibilité d’en découvrir les coins et recoins…

Image

La mise en images et détails est par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_942.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:07

L'après-midi du J2

Dis, après une belle Décapole, tu joues à forteresse...

Et c’est reparti pour un nouveau renversé avec un qabsa fait de riz et de poulet. La petite déception de ces divers renversés, c’est que jamais nous ne les avons vu se faire renverser. Les plats arrivaient déjà retournés et du coup la magie du renversement n’a pu avoir lieu ! Le poulet est tendrement bon et quasiment tout le monde en reprend. La découverte du jour sera pour la limonana, une bien jolie verte citronnade faite de jus de citron, de feuilles de menthe et de glace pillée. Le tout est puissamment mixé. J’ai tellement apprécié que j’en ai bu 2 de suite. Mon addition boisson du jour se monte à 10 JOD, le Coca m’a été offert par le patron pour me consoler de ma douleur. J’ai testé un expresso, bon pas mieux que celui du matin. Mon cerveau était un peu à l’arrêt après mes péripéties et la lancinante douleur, je n’ai même pas pensé à pixeliser la préparation de la verte boisson et à commander un café grec/turc/libanais ou autre !

Phiphi attend bravement sur le parking et à 13h30 se remet au travail. Il s’en va tranquillement vers la ville d’Ajloun à 22 kilomètres. Le paysage prend de vertes allures, la région est le grenier du pays. Les oliviers et les pins prédominent mais des serres sont aussi visibles. Nous sommes dans la vallée du Jourdain, sur un plateau oscillant autour des 700 / 800 mètres entouré de montagnes pouvant dépasser les 1 200 mètres.

J’en profite pour bien désinfecter la blessure à l’huile essentielle (HE) de lavande. Depuis tous temps, c’est un de mes indispensables à la maison et en voyage. Cette HE est un désinfectant naturel, elle aide aussi à cicatriser. Toutes nos coupures, piqures d’insecte, brûlures sont soignées par elle. Donc, je badigeonne bien, j’ai l’impression de voir l’os mais n’en suis pas sûre, commence à me demander comment je vais faire demain avec l’eau salée… Et la route file…

A Ajloun, nous passons en proximité de la mosquée et de son célèbre minaret effilé. C’est une des plus vieilles du pays datée d’au moins 800 ans construite sur les bases d’une ancienne église byzantine. Tout en haut de la colline dominant la ville se trouve la forteresse, but de visite.

Elle fut construite lit-on partout, en 1184, sous Saladin. Son emplacement domine 3 routes majeures du secteur et l’accès à des mines de fer. C’était une position stratégique que les croisés francs ont tenté de prendre, en vain. Les mongols réussirent en 1 260, détruisirent le site qui fut reconstruit pour tomber sous domination des mamelouks venant d’Egypte puis des ottomans ou turcs. Comme beaucoup d’autres bâtiments dans la région, il fut endommagé par divers tremblements de terre dont ceux de 1837 et 1927. Cela c’est l’Histoire avant que des mosaïques, d’une église byzantine soient découvertes. Les travaux entrepris ont permis de conclure que la bâtisse était construite sur les bases d’un ancien monastère datant du IXème siècle au plus tard et n’était donc pas architecture originelle…

Quatre puis sept tours, des meurtrières, des citernes, des douves profondes de 15 mètres, de multiples pièces, des terrasses… une forteresse dans toute sa fonction et toute sa splendeur.

Il fait frais sous la protection de ces épais murs, sous ces belles voutes et encornures. Il fait beau admirer la vue tout autour. Il fait joliesse à suivre les petits carreaux dessinant poissons et croix, les symboles de la chrétienté. Il fait souvenirs des temps passés avec un petit tour au musée archéologique…

Tout à coup, sans l’avoir cherché, dans une salle pleine de boulets de canon, c’est boulets aux pieds. Mes oreilles perçoivent un floc-floc anormal. Du coup, je regarde mes chaussures et les deux semelles ont perdu la bataille de la résistance au sec. Je tente d’arracher ce que je peux pour terminer la visite. Je fais très attention dans les dernières pièces et les escaliers me menant vers la sortie. Il faut dire que dans ma famille, les semelles de chaussure se décollant sont synonymes de cata, de grande tristesse car de deuil.

Je tente tout de même une admiration des murs extérieurs, de la fresque d’accueil, des commodités… et enfile la dernière paire de papousinette à ma dispo m’attendant sagement dans Phiphi, au cas où…

Le détail route du jour nous vient d’un magasin. Quand on voyage, il arrive parfois qu’on ait des a priori du genre "Impensable de voir cela…". Ce fut le cas avec la devanture bien flashy en mode Corona sur J&B du liquor store d’Aljoun !

Ce soir, il va falloir que j’aille faire des courses car si je peux envisager les 2 prochains jours sans chaussures de marche, impossible pour Pétra. Ramzi, le guide, me conseille d’aller au Taj Mall, à 5 minutes en voiture de l’hôtel. La vie vous fait parfois de sympathiques clins d’œil, j’ai bcp hésité entre la Jordanie et le Rajasthan pour ce voyage car j’avais très envie de voir le mausolée dédié à Mumtaz. Du coup j’irai voir son mall. Cependant, entre les deux mon cœur ne balance pas car je suis très peu fan de centres commerciaux et de virées shopping !

Pendant le trajet retour, une question d’orga se règle. Hier, il nous a été proposé deux ajouts de visite. Chacun coûte 15 JOD mais ils ne peuvent se faire que s’il y a consensus. Avec divers participants nous y avons vu un côté "achat obligatoire". Car comment être celle ou celui disant NON à tous les autres ? Il aurait été plus facile de les inclure au programme en augmentant légèrement le coût total. Le premier sera de passer demain, par Béthanie, lieu de baptême du Christ. Tout le monde dit oui…

Encore un virage et nous sommes à l’hôtel, il est 17h20. Le temps de se refaire une propreté car il y a de la poussière accumulée dans les encornures et me voilà dans le hall à demander à Sarah, la très sympathique et aidante réceptionniste, de m’appeler un taxi. En fait, il y en a des chauffeurs privés sur site et du coup c’est départ immédiat. 5 JOD, plus tard j’entre dans cet antre de la consommation. C’est un voyage dans un monde hors-national à non-dépaysement garanti, sur 5 étages ! Tiens un Paul, un H&M, un Geox, un Gap, un Occitane, un Swarovski… sans compter les MacDo, Pizza Hut et autre Popeye. Quant aux prix, même si ce sont les soldes, ils sont aussi internationaux. A Paris, j’avais repéré un sac dans une boutique de gare et là, il y a le même, au même prix ! Il y a tout de même quelques enseignes locales plus un cinéma, un petit train pour les enfants… J’y vois plus de jeunes filles en short et tee-shirt ultra court qu’enfoulardées.

Au magasin de sport, rien ne me va. A force de marcher pieds nus, les pieds s’étalent et ont du mal à rentrer dans des mini largeurs. Au T1, il y a un Go Sport qui ne vend pas de chaussures de rando mais des sneackers/baskets. Du coup, j’embarque la première paire de Reebok de ma vie, à 30 JOD. J’en suis très contente car ce sont des pantoufles ultra légères. Retour at hôtel, le chargé d’accueil du centre m’indique où sont les taxis jaunes et me conseille de demander "kilometers" pour ne pas payer le prix Touristes. Le tunnel, le gros rond-point, la colline… à force de passer par là matin et soir je commence à reconnaître. C’est 1,40 JOD pour la "World champion".

C’est une soirée Champs-Elysées mais sans Drucker et avec les footeux qu’on espérait en vitesse tortue mais dont le chauffeur avait dû manger du lièvre. Décevante, cette descente vue cathodiquement et réellement encore plus d’après des proches.

Image

Compléments, images... sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_944.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:11

Matinée du jour 3...

Entre félins et Jourdain, c'est tout en Eaux...

Le rendez-vous est à 8h15, donc avant toutes les actions participant d’un bon début de matinée s’enchaînent. Ce matin, le serveur du peti-déj me propose des waffles, bien contente j’accepte. L’intention était meilleur que les gaufres car celles-ci étaient en béton ! Vous me direz, c’est peut-être fait exprès de plomber un peu l’estomac des touristes partant flotter sur la mer Morte…

Il y a une vingtaine de kilomètres à faire et nous mettrons plus d’une heure. On passe par des routes plus petites que cela pour un bus c’est impossible ! A un moment donné on fait demi-tour en plein village et les marges de manœuvres se comptent en centimètres. Je me demande toujours pourquoi nous avons mis tant de temps, notre chauffeur connaissait-il la route ? En même temps, nous n’avons ni "notre" bus, ni "notre" chauffeur. Du coup, le wifi est également off. On nous a dit que le bus était en panne.

Première étape: récolte des brouzoufs pour le rajout de visite. Brouzoufs, vieux mot, remis à la mode dans divers jeux dont un de mes préférés Theme Park. En fin de voyage, j'ai discuté avec une personne faisant un circuit parrallèle au notre. Eux n'ont pas eu droit aux extensions, à l'eau gratuite à profusion dans le bus, emportée pour le soir, et au wifi pendant les déplacements...

Deuxième étape le qasr El Abed à Iracq el Amir. Ce château dit du Serviteur, fut bâti vers -200 par la famille Tobiades possédant les terres du secteur. Cette noble famille juive était bien intégrée dans le monde hellénistique et du coup le bâtiment en a le style avec une touche perse. Encore aujourd’hui sa fonction précise est incertaine et oscille entre forteresse, mausolée et palais. Le secteur était en conquête / guerre / reconquête permanentes entre les Ptolémées, les Séleucides, les Lagides… puis passa sous la tutelle de Philadelphia (Amman) et servi sous les byzantins. Il ne fut jamais achevé et fut bien endommagé par un tremblement de terre en 362.

Entre 1979 et 1985, une équipe comprenant les français Ernest Will et François Larcher, fouille le coin et rebâtit tout ce qui peut l’être…

Le bâtiment fait 40 mètres de long, 20 de large et 13 de haut. Du marbre blanc a été utilisé et certains blocs sont parmi les plus gros trouvés dans la région, en particulier un de 7 mètres sur 3.

Il est célèbre pour divers éléments d’architecture. Tout d’abord la fontaine dite du léopard. Léopard car sa peau semble mouchetée, des doutes persistent sur cette réalité. Puis sa double entrée vers la pièce principale. Son pressoir à olives. Et surtout les statues de lionnes dont une avec un lionceau. C’est un chouette petit site montrant un type de construction particulier.

Une vingtaine de minutes pour faire le tour, pixeliser ce qui peut l’être et j’entends dire qu’on s’en va pour une bonne heure de route. Impossible sans aller visiter un petit coin. Mais il n’en est point pour les visiteurs sur le site. Le guide m’envoie dans le mobil home des gardiens. Seulement, je ne suis pas la seule à demander et du coup avant de prendre la route nous passons par une coopérative féminine d’artisanat.

Pour gagner leur vie, les femmes de l’association travaillent le papier mâché et la poterie. Cela me semble réellement du produit localement, donc je choisis quelques cartes et dépense 15 JOD.

A signaler à proximité des ruines un ancien habitat troglodytique qui se visite…

Il est 10h15 quand nous quittons la banlieue d’Amman. Un nouveau type d’échoppes apparaît le long de la route: les vendeurs de bouées et de maillots. Anecdote: dans un petit village, les numéros attribués aux maisons sont bien gros, bien visibles, faciles à repérer pour le facteur ou le visiteur. Les chiffres dits arabes (dits car en fait d’origine indienne) modernes sont utilisés, ce sont ceux que nous utilisons en occident.

A 18 kilomètres du lac, nous marquons l’arrêt au point 0. A partir de maintenant, en allant vers l’étendue d’eau, on descend sous-terre !!!

Mais d’abord, nous allons faire le détour non initialement prévu au programme, vers Al-Maghtas (Immersion / Baptême) ou Béthanie au-delà du Jourdain et un bref stop pixelisations devant la colline d’Elie. Il est estimé que c'est de là qu'il serait monté au Ciel...

Des fouilles ont été entreprises sur le site à partir de 1994 et en 1999 l’église catholique romaine reconnu le lieu comme étant celui du baptême de Jésus-Christ par Jean-le-Baptiste. De nombreuses autres églises, en particulier orthodoxes ont validé ce site. Il est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015. Cependant, les protestants, Israël et d’autres ne le reconnaissent pas. L’archéologie-biblique reste chose complexe !!!

Sur ce site ont été trouvés de nombreux vestiges attestant d’une forte activité ancienne. Parmi eux: un bâtiment rectangulaire du IIIème siècle pouvant être un hall de prières, les ruines d'une église du IVème siècle, des citernes et bassins de la période romaine, un monastère byzantin, des grottes abritant des ermites ou servant de cellules à des religieux, des mosaïques… Il est estimé qu’une quinzaine d’églises auraient été construites.

Il se trouve dans une zone militarisée, vu la proximité de la frontière. Du coup pour y pénétrer en groupe il faut avoir un laisser-passer, en individuel il faut prendre une navette.

A 11h45, le long chemin de découverte s’entame. Il fait extrêmement chaud dans le coin, il n’y a pas du tout de vent mais heureusement une ombrière surplombe le sentier. Un arrêt au site où Jean a/aurait baptisé (a/aurait selon la position personnelle). De nos jours, il n’y a plus d’eau à cet endroit car le Jourdain a bien rétréci à cause des fortes ponctions pour l’irrigation et les besoins divers. Il n’est plus qu’un tout petit ruisseau passant plus loin. Un autre arrêt à l’espace de prières et nous voilà en bord d’eau. Quelques mètres bien surveillés séparent les deux pays. Deux zones de baptême par immersion ont été délimitées et en ce jour celle du côté israélien est active. Les orthodoxes baptisent par immersion totale.

On a le droit de prendre de l’eau soit directement dans le cours d’eau, ce sera une eau fortement sédimentée, soit dans une fontaine à eau filtrée. J’opte pour la sédimentée car je suis sûre de son origine !

Une église grecque orthodoxe a été construite en toute proximité du rivage, elle permet de brûler un cierge en souvenir de ses proches ou de son passage. Pour info, la zone comprend aussi des commodités, ce fut ouf-ouf-ouf pour ma part !

La chaleur, la rapidité du passage, le côté visite touristique, ma pressante envie… font que j’ai ressenti très peu d’émotions à parcourir ces allées. Il m’aurait fallu nettement plus de temps pour m’imprégner de l’atmosphère, faire lien avec le passé, l’Histoire certaine ou parabolique…

Il est temps de partir vacancer à la beach…

Image

Compléments, images, détails... sont par là...
https://madikeravoyages.fr/crbst_949.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:12

L'après-midi du jour 3...

Quand un lac devient morte mer, tu te prends pour un bois flotté…

Il est temps de partir vacancer à la beach…

Quelques kilomètres de descente dans les presque profondeurs de la Terre et nous voilà au bord de ce lac d’environ 67 kilomètres de long pour 18 de large. Il ne cesse de se réduire en perdant environ 1 mètre de niveau par an et aujourd’hui est même coupé en deux. Se trouver au bord, c’est être environ 430 mètres sous-terre en étant à l’air. Le top du top de la spéléologie !

On le dit mort car sa salinité record, environ 27,5%, empêche le développement de bien des formes de vie mais pas de certaines bactéries ou de plancton et autres micro-organismes. A tort, on l’appelle mer, donc peut-être que certaines personnes pensent que 429 mètres d’eau se sont asséchés et qu’il reste le sel de toute la masse ! Que nenni, les sels - calcium, chlorures de sodium ou de magnésium entres autres - viennent de l’érosion de la croûte terrestre (et là on est loin dans la croûte) et sont amenés par les fleuves ou rivières s’y déversant, comme le Jourdain. Bon, ce dernier est de plus en plus ruisseau car 90% de son eau est ponctionnée avant d’arriver là pour irriguer en particulier. Du coup, il faut sauver ce lac et divers projets s’envisagent comme un canal depuis la voisine Rouge, qui n’est pas rouge mais bien mer !

L’énigme du jour, non résolue au moment où j’écris, c’est pourquoi la nomme-t-on mer et non lac, ce qu’elle est ??? Parmi ses noms anciens connus il y a mer Orientale, lac d'Asphalte, mer Salée, mer de Sodome et Gomorrhe, mer d'Araba, mer de la Plaine, lac Puant…

Le Jourdain délimite deux plaques tectoniques: celles de l’Asie et de l’Afrique. La faille créée se prolonge dans la mer Rouge puis devient le grand rift africain. La mer Morte est née d’un élargissement de cette faille, d’où sa situation sous-terraine aérienne. Au fil des millénaires, elle s’est remplie d’eau de déversement de rivières comme le Jourdain et de pluie.

Nous allons passer quelques heures au complexe privé Amman beach. Il y a un resto, des piscines, des vestiaires… et un accès au lac. Tout au long de la rive se multiplient les plages privées et les hôtels avec… plage privée ! Comme il est déjà 13h15, c’est direction le buffet. Il n’y a pas de Coca mais du Pepsi et je tire deux fois Messi. Comme en tous les buffets, il y a du riz, du poulet, des aubergines, des olives, de l’houmous… toujours de quoi se sustenter.

Il est maintenant temps d’aller vivre l’Expérience, de devenir bois flotté l’espace de quelques minutes, pas plus d’une dizaine attention. Il fait 37°, le vent n’a pas été convoqué donc cela tapouille fort ! L’eau est annoncée à 31°, 29 pour les piscines.

Petite déception la "plage" est franchement mochos limite à l’abandon question parasols, chaises et aménagements. Il n’y a aucun joli amas de sels en bordure juste un air de terrain vague. C’est peu enthousiasmant mais c’est souvent comme cela car la terre salée brûle. Je suppose tout de même que les grands hôtels ont des aménagements plus jolis, plus fournis, plus engageants…

Que dire, comment définir ce vécu ? L’ensemble des baigneuses et baigneurs du groupe trouvera cela intéressant, pas mal, à faire… mais en aucun cas sidérant, stupéfiant, incroyable… comme je l’ai parfois lu.

Alors, oui j’ai flotté un peu plus que d’hab car plus il y a de sel, plus il y a de portance. Oui, il est complexe de nager même si j’y suis arrivé. Je concède que le style de la nage m’aurait définitivement fermé les portes des ballets d’Esther Williams dont j’adore le côté kitschement non-naturel. Oui, il y a un petit côté visqueux qu’on peut sentir un peu décapant. Non, cela ne sentait pas mauvais. Au bout de ma dizaine de minutes de baignade, mon principal ressenti a surtout été: ça, c’est fait ! Le plus amusant me semble être le fait de prendre des photos avec un journal, un livre ou en mettant les 4 pattes en l’air…

Celles et ceux me lisant se disent peut-être "Et la blessure ???". Je suis rentrée dans l’eau centimètre par centimètre et au niveau du trou recouvert de pansements, millimètre par millimètre. J’étais fébrile et rien. Aucune perception de brûlure, de piquotements, de gratouillements. Rien juste rien. Ce fut idem pour une autre personne avec une cicatrice récente.

Vite, vite direction la douche externe au très fin filet d’eau brûlante. Je regarde celles et ceux se laissant tenter par la boue qui ne me fait pas envie même si au bout il y a la promesse d’une peau de bébé. Peut-être dans un endroit plus classieux me serais-je sentie plus en confiance ?

Je vais tout de même me laisser tenter par une activité que je fais rarissimement: un bain en piscine. Cela permet de se rafraîchir un peu, de bouger… Dans l’eau je papote avec deux jeunes français en voyage solo qui n’ont qu’une envie que leur voyage se termine. Ils n’apprécient pas l’accueil peu avenant et collant fait à la jeune femme. Peut-être qu’avec un effort d’adaptation de la vêture au pays, sans tomber dans une couvrance maxi, leur voyage aurait été plus agréable.

Douche finale, Pepsi toujours messiesque (si, si, il y avait d’autres joueurs sur les cannettes), jeux de pixelisation… le temps passe et la cloche de fin de récré sonne à 15h45. Mon grand regret, question organisation du circuit c’est qu’on ne reste pas dormir dans ce secteur et qu’il nous faille repartir à Amman. Tous ces trajets raccourcissent la journée. Pour son intérêt, heureusement que nous sommes allés à Béthanie. Nous sommes presqu’au bout du 3ème jour et je me disais "Super, nous échappons à la corvée de gifts-shop". Hélas, un peu trop vite !!!

A 16 heures, nous pénétrons dans un hyper spécialisé en "N’importe quoi et tout ce qui est susceptible d’intéresser un touriste en mal de dépenses". Il faut dire que nous avions été briefés sur le fait de ne pas acheter à la boutique de la plage car "cher et pas bien" mais surtout pas comptabilisé dans le pourcentage revenant à l’accompagnateur. Vieux souvenir de mes années d'étudiantes où j'étais guide, accompagnatrice de voyages...

Et, nous allons rester plantés là pendant 45 minutes !!! Je tourne en rond entre les produits de la mer Morte réputés pour leurs bienfaits, les plateaux en émail, les meubles en bois, les œufs d’autruche (savais pas qu’il y avait des autruches dans le coin)… Je tourne, je tourne, je tourne… et me laisse tenter par deux magnets venus tout droit d’ailleurs (10 JOD). A force de regarder les bagues en argent avec aventurine, elles me font de l’œil. J’en prends une de style moderne (50 JOD). Tout le monde a acheté et certaines personnes repartent les bras chargés. Je me dis, bon c’était le premier espérons que ce soit le seul, mais triple hélas, ce ne sera point…

La route, Amman, l’hôtel, il est 18 heures. La soirée s’ouvre classiquement: douche, dîner, potage et papotage… Une envie de sortie nocturne s’est faite jour depuis l’après-midi. Hésitation entre la "vieille ville" qu’on nous dit peu intéressante et qui nécessite un transport et le quartier d’en bas où une pâtisserie fort réputée tient boutique. Vous devinez la destination de la Dream5 ?

A 21 heures nous descendons la rue devant notre hôtel, en tournant à gauche cela aurait été plus court, notre point de repère c’est l’hôtel Kempinski car la pâtiosserie est en proximité. Nous arrivons sur zone, demandons a pastry because tout le monde a oublié son nom mais personne ne semble en connaître une. Nous aurions dû parler de Sweets (douceurs). Nous arrivons vers le Kempinski et il y a une sorte de café Le Mandalin au coin, le nom ne nous semble pas être le bon. Un serveur est dehors et nous lui demandons si, il répond que non il n’y a pas de pâtisserie orientale par là… Il nous propose des brownies et d'autres gâteaux ne nous faisant guère envie. Bon tant pis. En face, il y a une banque et comme les porte-monnaie se vident direction l’Atm. Il est en panne, nous nous retournons pour partir et… tout droit devant nous juste à côté du café, se trouve Zalatimo la top pâtisserie. Le serveur nous a sciemment menti, il est dehors et se marre et nous nous enrageons de sa vilainie. Donc, endroit à bannir totalement si vous passez par là… La leçon à retenir, c’est que personne n’a pensé à mapper avant de partir de l’hôtel et vu que nos connexions ne fonctionnaient pas en Jordanie… donc à vos cartes et plans avant de partir en expédition…

Nous voilà dans un temple de la sucrerie miel, pistache, cacahuètes et touti sweety. Que c’est bon, que c’est bon, que c’est bon et en plus pas cher du tout. Mon seul regret c’est qu’il ne vende pas de halva. La boîte métal de 1 kilo de pâtisseries variées est à 27,5 JOD, cela peut faire un bon cadeau…

Il y a une autre banque à côté, tentative de retrait et petit problème technique pour une des personnes. Le retrait est validé mais l’argent n’est jamais sorti, sera-t-il facturé ?

Retour à la case Dodo, il est 23 heures. Il est temps de préparer le gros sac et de trier ce qui restera à Amman dans la petite valise car demain nous changeons d’hôtel. Bye, bye les chaussures qui furent mes piédagnes pendant quelques années.

Image

Compléments, détails, images... sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_950.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:13

Voilà, la matinée du J4...

C’est le temps des petits carreaux tout Nébo…

Aujourd’hui c’est changement d’hôtel et de lieu de vie pour 2 nuits… Le bus passe nous prendre à 8 heures. Dès 6 heures, c’est en avant toute la voyageuse, le temps de se lever et de se préparer tranquillou, de petitdéjeuner encore plus tranquillou, de ranger mini-valise dans la salle dédiée aux bagages en attente, de payer les 17 JOD de la note de boissons à l’hôtel…

En route, vers le mont Nebo. Pour celles et ceux qui n’ont pas suivi de catéchisme ou de cours de religion ou ont oublié leurs cours, petit résumé nécessaire pour comprendre le passage par cette hauteur de 817 mètres.

Moïse a 120 ans, il conduit les hébreux depuis l’Egypte vers la Terre Promise ou pays de Canaan. Il arrive en haut d’un mont, la voit, la leur montre et meurt car lui ne doit point y arriver. Il est enterré sur place. Pour certains, ce mont serait le Jebel Nebbeh, ou montagne de Moïse ou mont Nébo… Je dis pour certains car d’autres, comme les musulmans, estiment que ce fameux mont est ailleurs, à Nabi Musa près de Jéricho.

Le site a été acheté par les Franciscains de Terre-Sainte en 1933 et a fait l’objet de fouilles et d’une mise en valeur. Les fouilles ont permis de mettre à jour différents vestiges datant du IVème au IXème siècle, il reste, en particulier, des mosaïques fort bien conservées.

Une sculpture symbolise le lieu car elle se situe au niveau du point de vue. Elle a été réalisée par le sculpteur italien Giovanni Fantoni et installée en 1976. Elle représente le serpent d'airain de Moïse. Certains y voient un croisement entre le bâton support du serpent et une croix.

Les hébreux se désespéraient de leur longue errance sans fin et finirent par se révolter contre Moïse. Dieu, pour les punir, leur envoya des serpents dont la morsure était mortelle. Alors, Moïse confectionna un serpent d'airain dont la vue guérissait ceux qui avaient été mordus. Ainsi, il leur redonna espoir…

L'interro du jour sera: quel serait le lien avec le Caducée des médecins et la coupe d'Hygie des pharmaciens ?

Et les petits carreaux, ils sont tout beau ou pas, alors ???
Ils le sont, ils le sont, ils le sont… C’est juste Wouaouhhh. Nous y resterons 50 minutes et il m’aurait fallu au moins 2 heures pour admirer les multiples petits détails. Les pixelisations permettent d’en avoir un aperçu. 1 seconde de clic vaut parfois, pour moi, 10 minutes de découverte de tout ce qu’il a été impossible d’admirer dans l’instant, comme la palette utilisée pour créer la crinière d’un lion. Dans l’instant, j’ai vu qu’il y en avait plusieurs mais sur l’ordi, je peux analyser comment ils ont été posés pour rendre cet animal si vivant, presqu’en relief. Des humains, des animaux, des motifs à profusion… Des millions de tesselles de dizaines de couleurs ont été assemblées au fil de 3 à 4 siècles et s’offrent à nos yeux. Si vous manquez de temps ou avez peu d’intérêts pour les mosaïques, celles-ci sont celles que je vous sur-recommande…

La brume nous rend invisible le lointain, dommage, c’est souvent ainsi. Le musée présente, entre autres, une maquette générale du site et des photos d’avant fouille.

Quelques personnes avaient demandé si nous verrions un atelier de mosaïques et la réponse avait été affirmative. Elles s’attendaient à un vrai atelier et comme elles j'en aurai été heureuse. Hélas, nous eûmes droit à un faux atelier de gift-shop où nous sommes restés 30 minutes à tourner en rond, tourner en rond, tourner en rond… vous connaissez la chanson ! Dire qu’on aurait pu avoir au moins 15/20 minutes de plus à Nebo, c’est vous dire toute la rage que je ressentais en étant bloquée en cet endroit !

A quelques minutes de route se trouve Madaba, connue justement pour être LA ville des mosaïstes. Il est une œuvre mondialement connue se trouvant dans l’église Saint-Georges. Il s’agit d’une carte de la Terre-Sainte datée du VIème siècle. A l’origine, elle mesurait environ 16 mètres sur 6 et comptait 2 millions de tesselles. Aujourd’hui, il en reste un quart. Sont représentées villes, villages, lacs, mers, monts, vallées… Elle sert de référent historique même si certains spécialistes ne valident pas forcément toutes les positions.

Le bus se gare au parking touristique et de là, il suffit de suivre la ligne rouge courant sur les trottoirs pour être à la bonne porte. Une moderne fresque géante attire mon attention sur le parking et commence à me donner une idée…

La ligne rouge, à gauche, à droite… à droite le portail, l’église orthodoxe. J’ai foncé pour y arriver le plus vite possible et avoir un maximum de temps. J’explique à la jeune femme que je suis avec un groupe qui arrive et donc aurais mon ticket plus tard, elle me laisse entrer. La carte est moins impressionnante que j’imaginais surtout qu’il en manque pas mal. Je fais brûler un autre cierge symbolique emporté avec moi, discute avec la gardienne et elle me montre un petit bout de la carte caché sous un tapis. En plus de la fresque, il reste un bout de bois de la vieille église byzantine et qqs pierres utilisées dans le porche. L'église actuelle a été bâti au XIXème siècle.

Il y a une salle de recueillement normalement réservée aux orthodoxes et donc les autres sont censés ne pas y aller. Je l’explique à une personne qui y va quand même vu que moi j'y suis allée, sauf que... Moment d’agacement quand je vois qu’on oublie être dans une église active, pas forcément visitable partout, comme l'est un musée !

Nous avons rendez-vous sur le parking vers 11h45. Il n’y aura donc pas la possibilité d’aller voir les autres belles fresques de la ville. En même temps, il y en a déjà eu pas mal en cette journée.

Je reprends le chemin indiqué par la ligne rouge, vraiment pratique car il faut tourner plusieurs fois à droite ou à gauche. Me voilà au parking face à la carte de la Jordanie réalisée dans l’idée de la fresque ancienne. Sont représentés les sites clefs illustrés par un élément symbolique. J’ai l’idée de pixeliser une bonne partie des petits éléments en me disant qu’ils me serviront d’illustrations. Sauf qu’en débutant le carnet et en lui trouvant son nom une autre idée a germé, celle d’utiliser les noms en plus des éléments. Du coup, certains ont été pris un peu de travers en marge du dessin… De plus, notre bus me gênait car il était garé devant et m’empêchait d’avoir du recul. Au passage, merci à la membre de la Dream5 qui m’a conseillé de pixeliser la fresque en entier avant de partir en balade car j’ignorais si ce serait possible au retour…

Passage par les commodités, bavardage avec les deux jeunes filles qui s’en occupent en attendant le groupe et à 11h45 nous revoilà sur la route, bien au frais dans Phiphi.

Image

Les détails, compléments, images... se mettent en place par ici:
https://madikeravoyages.fr/crbst_952.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Avatar de l’utilisateur
Madikéra
Grand héron les pieds dans l'eau
Grand héron les pieds dans l'eau
Messages : 138
Inscription : 31 mars 2011, 05:04
Site internet : https://madikeravoyages.fr/

Re: Mosaïque jordanienne, en 6 teintes... Juillet 18

Message par Madikéra » 29 nov. 2018, 23:15

Suite du J4...

Quand un canyon te mène en Kérak, tu krak pour Pétra

Roule Phiphi, roule… vers le plus beau paysage de bord de route que nous avons traversé en ce voyage: la route en proximité du barrage de Mujib, dans la zone du canyon du même nom. C’est l’entrée en mode maxi Wawawouage. Un premier stop à un point de vue, un autre au niveau du barrage, un 3ème de l’autre côté du canyon et cela donne des pupilles qui flashent, flashent, flashent sur la beauté du site. Plus tout à fait naturel comme site à cause du barrage mais en même temps le contraste vert de l’eau avec l’ocre jaune environnant est des plus réussi !

La réserve de la biosphère de Mujib s’étend sur 200km2. Le wadi Mujib, surnommé Grand Canyon de Jordanie, s’étend sur 70 kilomètres avec une profondeur moyenne d’1 kilomètre et une largeur en certains points de 4 mètres. De nombreuses activités autour du canyoning y sont proposées à partir d’un centre situé en proximité du lac Mort, dit mer. Nous nous contenterons de la superbe vue.

Le premier arrêt m’a aussi permis d’avoir un premier aperçu d’un phénomène dont je vous reparlerai en détails à Pétra. Il s’agit de la propension de certains hommes, plutôt jeunes, à se déguiser en bédouin façon Jack Sparrow, le pirate. Il paraît que cela fait battre les cils de certaines… Je trouve plutôt ridicule ce déguisement uniformisé et déculturant !

Roule, Phiphi, roule… et nous voilà vers 14h40 à Kerak pour une première halte. C’est restaurant pendant 40 minutes, dans un hôtel avec vue sur le fort. Un buffet avec différentes spécialités nous est proposé, rien de bien marquant. Par contre, je peux coca-coler et même bisser à 2 JOD la cannette. Je mange le plus vite possible car dans cette grande-salle il y a d’autres personnes et malheureusement des fumeurs. Du coup, je m’en éloigne. Ce sera la seule fois où je serai gênée par des fumeurs en salle.

Il est temps de partir vers les ruines dominant la ville…

Kérak ou le krak des Moabites, c’est une forteresse de 220 mètres de long sur 40 à 125 de large, avec des douves allant jusqu’à 20 mètres de profondeur. Sa construction commence vers 1140, sous la direction de Payen le Bouteiller, vassal de Foulque V d'Anjou. Il a été conçu pour résister à de longs sièges donc comprend citernes, réserves de grandes tailles.

Renaud de Châtillon, en fut un des dirigeants les plus célèbres. Célèbre pour sa cruauté envers ceux qu’il capturait. C’était une époque où, au nom d’une croyance on tuait sans humanité. Sommes-nous devenus plus humain en ce XXIème siècle ??? Je suis loin d’en être convaincue car malheureusement…

Saladin fit le siège du krak, en 1183. Renaud alluma un grand brasier qui fut vu, au loin, par les soldats de Baudoin, le lépreux. Ce dernier vint à sa rescousse et du coup Saladin décida de lever le siège. Bis repetita en 1187, ce deuxième siège marqua la rupture entre Saladin et Raymond III de Tripoli. Rupture qui déclencha la Guerre Sainte, la bataille de Hattin (défaite pour les francs / victoire pour les autres - les camps voient les choses différemment), la prise de Jérusalem et au final la 3ème croisade. Saladin réussit à prendre Kérak en 1189.

La forteresse fut agrandie par les mamelouks au XIIIème siècle et en partie détruite par Ibrahim Pacha en 1840.

Fin de la révision d’Histoire… Intérro du soir: et Sybille et Guy, ils viennent faire quoi dans ces évènements ?

J’ai une heure pour partir à l’assaut des épais murs, des profondes caves et des voûtes en tous genres. C’est un château de guerre, donc sans finesse ou joliesse décorative. Je cours à droite, en haut, en bas à gauche… Je pixelise et pense à celles et à ceux qui y furent enfermés, qui y vécurent, qui y bataillèrent…

A la sortie, il y a des commodités payantes. J’y file avant que nous ne reprenions la route. Comme le reste du groupe n’y a pas fait attention, nous marquerons un bref arrêt dans un gift-shop agrémenté d’un beau point de vue.

Nous filons bon train car entre Kérak et Gaia/Pétra, il y a environ 160 km, soit presque 3 heures de route. Et il est déjà 16h45. Je commence à comprendre que Pétra by night, c’est fichu pour ce soir et très probablement définitivement. Je sais que demain va être une journée longue, fatigante, marchante, grimpante… Donc que j’ai très peu de chance d’avoir encore des forces pour rajouter plus de 6 kilomètres en soirée. C’était ce soir qu’il fallait y aller, d’autant plus que nous y étions les deux soirs de suite où l’animation a lieu !

A 19h15, nous faisons un petit détour pour aller voir de loin et dans la lumière du couchant el kerak (devenu krak) ou forteresse de Montréal à Shobak. C’est le 3ème des châteaux des croisés avec celui des Chevaliers qui est en Syrie.

20 heures, les valises sortent des soutes. Le chargé d’accueil de l’agence nous donne les bases du fonctionnement, je change de chambre car la première n’est pas aérable de nuit vu sa position au premier étage et discute avec lui de ma journée du lendemain. Il me conseille, comme j’ai l’intention d’y aller avant 7 heures du matin, de monter voir le fameux Trésor par le sentier directement à gauche, avec l’aide d’un boy-guide, plutôt que de faire le tour par celui de l’Urne. Il me dit que c’est beaucoup plus rapide, le seul inconvénient c’est qu’on ne peut pas y aller par soi-même et donc qu'il faut payer...

La soirée se déroule entre resto plutôt moyen, sauf la limonana à 4 JOD, petit tour dans les rues avoisinantes pour passer au DAB, achat d’eau et de grignoteries à la boutique d’en face pour le lendemain - je n’ai pas prévu assez d’eau en sortant du bus. Petit moment de discussion avec le gérant qui nous parle du français qu’il (et apparemment de nombreux autres) admire le plus: Jacques Chirac. Il est adulé dans le secteur car il a refusé de faire la guerre en Irak lorsque les américains ont décidé d’y aller. Je n’ai pas de monnaie pour payer mes 3 JOD d’achats donc il me dit de repasser demain…

Il fait beaucoup plus chaud qu’à Amman et la fenêtre est toute petite du coup cela ventile peu. L’hôtel est nettement plus occupé que le précédent et en particulier par des gens confondant hôtel et résidence personnelle. Du coup, les personnes de mon secteur se sont installées dans le couloir et y tiennent salon à grand renfort de hurlements et d’interpellations d’un bout à l’autre du bâtiment. A minuit, je me manifeste et cela se calme un peu. Ce fut idem au premier, ils durent faire savoir que certaines personnes viennent à l’hôtel pour dormir !

Image

Compléments et images, sont par là:
https://madikeravoyages.fr/crbst_955.html
Pour un tour entre nos voyages et notre Martinique, c'est par là : https://madikeravoyages.fr

New York, Décembre 2018
Jordanie, Juillet 2018

Répondre

Revenir à « Carnets de voyage »