Accueil RoadTrippin.fr
Au hasard des routes...
Yellowstone NPRoadTrippin.fr - Guide et forum de voyage Ouest américain USA États-Unis
RoadTrippin.fr - Guide de voyage aux USA
En ce moment, réductions et bons plans chez Papillon, Hotels.com, Alamo, Avis... Retrouvez toutes ces offres sur la page Bons plans et promos !
La mission (monumentale) du jour : noter Monument Valley.

How the West was won and where it got us

Vous revenez des USA ou vous y êtes encore ? Vous voulez faire partager votre trip et vos impressions aux internautes ? Venez nous faire découvrir votre voyage !
Merci de suivre les conseils pour l'écriture de votre carnet de voyage : http://www.roadtrippin.fr/forum/post2971.html

How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 12:09

Ah le début d'un carnet ... toujours un moment particulier. Quel ton lui donner ? (classique, documentaire, personnel, ironique, descriptif, philosophique, ...) Par quoi commencer ? Et puis il faut tenir le rythme! (heureusement, on est souvent encouragé par les roadtrippers). Et puis ça fait du bien, ça permet de se remémorer le voyage, mais un peu du mal aussi, car on a juste envie d'y repartir.

A la base, pas de carnet prévu (pour différentes raisons, mais la principale étant que je ne gardais pas un très bon souvenir du voyage). Et puis, le jet lag, la rentrée ... finalement, c'était pas mal du tout :lol: De toute façon, c'est tellement beau là bas que c'est vraiment dur de revenir véritablement déçu. Des déceptions il y'en a eu, certains spots ont du être écartés. Mais au final, autant retenir le meilleur et puis un brin de fatalisme ne fait pas de mal sur ce coup. Et lachez du lest, ne pas vouloir suivre le planning absolument, tenter le chemin B au lieu du A, c'est très sympa. Ca donne des résultats heureux, et parfois des "catastrophes", mais c'est comme ça. Ca et rester quelques jours au même endroit, 2 ingrédients qui m'ont beaucoup plu malgré cette fichue tentation de tout voir, vite.

De toute façon, guère le choix. Au regard de la préparation minimale dont je disposais, il a bien fallu s'appuyer sur certaines bases tout en laissant les options ouvertes.

J -15 : Décision de partir
Initialement, un autre voyage était prévu. mais l'organisation balbutie, je ne vois rien venir et pour tout dire, sens un peu le plan loose. 2ème évènement : la miss est obligé d'annuler ses vacances. Me voilà un peu démuni. On ne se démonte pas, hop, hop, google est ton ami. J'arrive à trouver un billet relativement correct pour la période (A/R Paris Las Vegas à 1080 euros). Oh mon doigt a malencontreusement glisser sur la touche "Réservation". Et on sait bien que quand le billet est réservé, c'est le go

J -15 à J-7 : Réservations
L'avion c'est bien beau mais ce n'est qu'une infime partie! D'autant que ce mois de juillet est interminable et pas mal de dossiers à finir avant de partir sereinement. Je réserve la voiture chez Alamo (580 euros, mid-size SUV pour 3 semaines, correct). En parallèle je jette les idées de planning sur une feuille. Ce que j'ai envie de revoir / refaire, ce que je veux découvrir. Je me rends compte que tout ça tourne autour de l'Utah quand même. Je tente une boucle mais ça ne marche pas. j'opte pour un A/R en "ligne droite" qui fonctionne pas mal (sur le papier). Du coup je booke les campings et hotels au petit bonheur. Toujours en annulation possible, mon banquier me remercie encore. Pas mal de nuit restent ouvertes, au cas où je décide de changer.
Mes objectifs principaux sont la région de Kanab - encore, et la région de Moab. Et Escalante mais dans une moindre mesure.
J'arrive à obtenir un permis pour le subway le 07 août (ah, ah, j'en rigole encore de cette journée), change 2/3 trucs, ça devrait aller.

J-4 : Stress
Mais, au fait, l'Esta, il est toujours à jour ? Ouf, oui. Même l'annual pass de l'année dernière est ok (celui là, je l'ai bien bien rentabilisé). Et j'ai encore le dossier de l'appareil photo à régler

J-1: Gros stress
Vendredi 20h. L'avion est demain matin, je prépare tranquillement les baggages (de toute façon avec une tente/duvet, y'a déjà beaucoup moins de place :lol: ). Et là, le drame, un juilletiste devait me prêter son appareil. Le coup de téléphone est un couperet. Donc gros craquage, je sais que la Fnac des Champs est ouverte jusqu'à minuit. Me voilà à 22h à me payer un nouvel appareil. Le temps de rentrer, finir les baggages, essayer 2/3 photos de nuit (donc très mauvaises), je m'endors comme un loir.
Ouf, demain c'est le départ !

Edit :
Le titre du carnet vient d'une chanson de REM. J'ai hésité avec presque n'importe quel titre d'AC DC, ce qui fonctionnait bien ("Thunderstruck", "Sin City", "Hard as rock"... Même "Hells Bells" tiens ). Et puis les Stones "The last time" mais c'était un peu trop triste, même si effectivement it could be the last time.
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36


Re: How the West was won and where it got us

Messagepar bea » Sam 29 Aoû 2015 12:32

Comment ça "the lat time" !

Le flip de dernière minute cet appareil photo^^

"ne change pas ses habitudes et va se poser dans un coin" :langue:
bea
Mouflon dépoilé de Banff NP
Mouflon dépoilé de Banff NP
 
Messages: 464
Inscription: Ven 15 Mar 2013 15:05

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 12:36

Day 1 : Paris - Miami - Las Vegas

L'avion décolle à une heure raisonnable. Pour une fois, pas de lever aux aurores. J'arrive tranquillement à Roissy, légèrement en avance. C'est un peu le chassé croisé lors de ce premier we d'août, pas mal de monde dans les halls. Ceux qui sont bronzés mais tristes et ceux qui sont pâles, fatigués mais avec de l'espoir dans les yeux. J'enregistre mon bagage auprès d'American Airlines en m'assurant qu'il aille bien à Las Vegas, et non à Miami.

Vol sans encombre, plus court que le direct donc ça passe mieux. J'en profite pour lire un peu le mode d'emploi de l'appareil photo mais très vite la torpeur me gagne et je m'effondre lamentablement.

Les formalités lors de l'arrivée à Miami vont très vite. Du coup j'ai 2h à attendre. L'envie de piquer une tête dans la mer est grande (les Keys sont quand même un peu loin) mais même la plage ça ne va pas être possible. Heureusement, l'aéroport n'est pas trop grand et il possède même un bar-fumeur en extérieur. L'occasion de ressentir le climat bien tropical, bien chaud et humide. Je papote avec une dame du Minnesota. Même si le climat n'est pas très agréable à Miami en août elle n'a aucune envie de remonter vers le nord. L'hiver à quand même l'air terrible dans de coin.

Direction le 2ème vol interne, un peu plus de 4h. Je suis tout seul sur ma rangée de 3, je me dis chouette, je vais pouvoir m'allonger un peu. C'est sans compter l'arrivée d'une famille de 5. La mère crie littéralement. Ah ce que je comprends elle est séparée de ces enfants (qui ne sont pas si petits que ça en passant - à mon avis, eux, ça les dérangeaient pas), que c'est inexplicable, etc... "I'm gonna suit you". Les hôtesses font la gueule, le steward, puis le co-pilote ont l'air emmerdé. Alors je me la joue grand prince et propose la rangée. Remerciements de la mère et surtout de l'équipage. Je pense que le personnel est prêt à m'offrir l'avion en entier en signe de gratitude. Pourtant je trouve ça normal et pas forcément de quoi en faire un foin. Juste avant le décollage, une hôtesse vient me voir et me propose la première classe (je ne dirai pas la business en vol interne). Plutôt cool. Ils insistent pour m'offrir plein de choses à boire (payants sur les vols internes). Hey, j'ai quand même pas fait un atterrissage forcé suite à l'évanouissement du pilote ! En tout cas, je profiterai bien du vol, un bon point en ce début de voyage.

Puis c'est l'arrivée à Vegas à 21h, ville que je commence un peu à connaître. Mais l'avion au pied des hotels, ça fait toujours son petit effet. Je récupère bien le bagage et m'engouffre dans la navette vers le comptoir Alamo. Je n'ai pas fait le check in express mais la file d'attente est démoralisante. Personne ne semble se servir des bornes automatiques. Je tente le coup et en 3'30, c'est ok. Je recommande fortement, il y' a même possibilité de sélectionner la langue française.
Mon choix se porte sur une Nissan Rogue pour la simple et bonne raison qu'elle à la garde au sol la plus élevée.

Comme on est samedi, les prix des hébergements triplent au minimum. Comme je n'ai pas prévu de rester à Vegas, j'avais sélectionné un Best Western du co^té de Nellis. J'arrive un peu tard, plaisante avec la réceptionniste, et à mon avis, comme je suis le dernier client, j'ai droit au surclassement. Décidément ! La chambre / suite est immense. Le genre de chambre ou tu te poses la question une fois au lit "est-ce que j'ai vraiment envie d'aller aux toilettes car faut quand même marcher un peu !". Même si j'ai bien dormi dans l'avion, je ne tarde pas à m'endormir. Ca reste les vacances !
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 12:41

bea a écrit:Comment ça "the lat time" !

Le flip de dernière minute cet appareil photo^^

"ne change pas ses habitudes et va se poser dans un coin" :langue:


Disons qu'après un certain nombre de voyages, la motivation / surprise n'est plus la même. Du coup il faut laisser reposer. Mais ça ne veut pas dire jamais, juste pas tout de suite, tout de suite. Bon, mais je dis ça, le craquage de dernière minute, c'est toujours possible et assez fun :langue:

Oui, j'étais déjà pas à l'aise d'en emprunter un, connaissant ma propension à casser les choses (d'ailleurs ... non, un peu plus tard). Au pire j'en aurai pris un là bas.
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 13:44

Day 2 : Las Vegas - Vally of fire

Comme le veut l'adage, on se lève tôt aux Etats Unis. Surtout après le vol aller (mais c'est vrai globalement - d'une part parce qu'on veut en profiter, et d'autre part je trouve les américains très actifs dès 7h du matin, il faut dire que le soleil est déjà bien haut).

Se lever tôt n'est pas non plus aux aurores. Le temps de petit déjeuner, de rassembler ses affaires et ses esprits, c'est l'heure de faire les traditionnelles courses au Walmart. J'avais oublié qu'ils sont ouverts 24/24H. Je me rappelle un fois de mes courses à 5h du mat, assez surréaliste mais un gain de temps appréciable.

Le temps de prendre l'I15 N et en une petite heure me voilà à Valley of Fire. Il est presque midi autant dire que ça tape dur. J'arrive au camping, first arrived first served, mais suis guère inquiet car avec cette chaleur, peu de gens doivent être motivés. A raison. J'ai pas de stylo pour remplir la petite enveloppe, heureusement, j'avise un campeur et lui promet de le rapporter dès que j'ai monté la tente.
J'ai l'embarras du choix alors je choisi le site le plus excentré et bien sur, le plus au soleil :lol: Rien que de monter la tente et je suis en sueur. Mais elle est contente d'être là (5ème voyage pour elle, toujours au top) et on est heureux de revoir ces fameuses roches rouges

Image

Je retourne voir le campeur pour lui rendre son stylo et le remercier. On parle un peu, il vient de Washington (l'état) et vient chaque été passer une 10aine de jours à VOF pour faire le plein de chaleur. Ca lui permet de passer l'hiver. Je suis surpris, je ne vois qu'un van mais aucune tente. Or il est un des rares à avoir de l'ombre. En me penchant, quelle surprise, j'aperçois une batterie / guitare. Et puis une glacière :lol: Ils jouent le soir avec ses potes, pas fort (je confirme). Tu m'étonnes, quel pied de pouvoir jouer en cet endroit. On continue sur la musique et me propose de passer ce soir. On verra selon l'état.

Image

Image

Je retourne à ma tente, mange un bout, glandouille un peu. Il fait vraiment trop chaud pour commencer à randonner. Du coup je teste un peu mon appareil. Il faut dire que les emplacements sont vraiment jolis et les roches autours déjà de biens beaux spécimens

Image

Image

Image

Image
On dirait la carte du Texas

J'arrête les bêtises et direction le Visitor Center. La vue est déjà superbe.

Image

Mon objectif cette fois est de vraiment faire les Crazy Hills. Mais comme j'ai un peu de temps, je regarde un peu les trails possibles. Ceux-ci ont l'avantage d'être assez courts.
Je commence donc par le Mouse's Tank. Celui ci doit m'emmener en théorie à un pool. J'y crois guère vu la chaleur et la composition du terrain. Mais le trail passe aussi parmi de très nombreux petroglyphes, toujours sympa.

Image

La piste suit un mini canyon, parfois il y'a un peu d'ombre, ça fait du bien. D'autant que la moitié du chemin se fait dans du sable, ce qui est fatiguant à la longue.

Image

Image

C'est assez joli mais l'heure de la journée n'est pas la plus favorable. En tout cas, il n'y a personne. Après 1,5 miles environ, on arriva à la fameuse pool. Et, c'est étonnant, celle-ci contient de l'eau et pas qu'un peu je trouve. Décidément le désert, c'est quand même quelque chose à part.

Image

En tout cas ça fait du bien de ressentir le chaud, le sable, les roches.
Quelques centaines de mètres et arrêt au parking de Rainbow Vista. Là aussi c'est un émerveillement, même si à 14h, c'est pas idéal.

Image

J'hésite un peu pour le trail, mais ça à l'air joli, je ne l'ai jamais fait et j'ai un peu de temps. Alors go. Si le départ se fait parmi l'ombre des roches, très vite le sable reprend son droit. Pas facile, facile mais je sens que ça peut être sympa.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Conclusion : ne pas hésiter à faire le petit détour sur la gauche. La vue est top. On y crame vite par contre. Le trail se poursuit par un chemin plus rocheux. On voit comme une fenêtre au bout et (le soleil tape déjà) je me surprends à croire que l'océan est au bout

Image

Image

Bien sûr il n'y a que des rochers (un océan de rochers ...). Au sunset ça doit être magnifique, malheureusement VOF impose des choix.

Image

Image

Sur le chemin du retour, je vois que l'ombre gagne du terrain. Il commence à être l'heure de se diriger vers Crazy Hills.

Image

Image

Image

Je reprends la voiture pour me garer sur le parking avant White Domes. Quelques arrêts inopinés au bord de la route dont celui de la route qui commence à être un classique. C'est étrange car je croyais qu'il était interdit de s'arrêter sur la route de VOF hors emplacements prévus :lol:

Image

Image

Image

Image

(...)
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36


Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 14:19

(...)

Crazy Hills n'est pas un trail à proprement parlé. Plutôt une zone à découvrir comme bon nous semble. Il est cependant possible de rejoindre le trail des White Domes. On monte, on descend, on passe dans un petit slot canyon. Les températures ne le permettent pas mais ont peut y passer la journée. En fin de journée, les couleurs deviennent superbes même si une partie est à l'ombre.

Ca commence doucement par quelques formations rocheuses déjà particulières. On ne peut s'empêcher de s'avancer vers la prochaine

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Mine de rien le soleil est encore haut. Je me réfugie du côté ombre, ça fait du bien et c'est tout aussi joli. Faut dénicher les perles qui se cachent ici et là. Et, là je suis surpris, toujours personne. Les couleurs qui font la réputation de VOF deviennent folles et c'est un enchantement.

Image

Image

Image

Image

Je vais à droite, à gauche, à chaque pas quasiment je m'arrête. Fatiguant tout ça mais quel plaisir. Et toujours cette corniche qui me nargue. Plus on avance, plus on à l'impression qu'elle s'éloigne. De quoi en devenir dingue !

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Ca va pas du tout, j'ai du faire 500m en 1h. Faut que j'active un peu mais je ne peux m'empêcher "tiens qu'est ce qu'il y'a au sommet de ce rocher? "

Image

Image

Image

Image

C'est aride, sec, mais les couleurs et la lumière transmettent plutôt une atmosphère calme. Et dire que beaucoup passent sur la route à quelques centaines de mètres sans s'arrêter. Dommage.

Image

Image

Image

Image

Comme d'habitude, tout ça me donne également faim. Tous ces parfums de glace étalés devant moi. Je m'arrête un peu pour boire un peu et profiter de la vue. On est jamais déçu avec VOF.

Image

Image

Image

Image

Après la descente et le petit canyon on arrive à l'embranchement avec le trail des White Domes. Et ça monte ! Mais dire que ça en vaut a peine est un euphémisme.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Arrivé au parking de White Domes je souffle un peu et retour à la civilisation. Quelques voitures mais surtout un car sont garés là. Je vois les divers occupants prendre des photos mais jamais à plus de 200m du parking :pprr:
Je coupe à travers champs, enfin rochers, pour regagner le parking de Fire wave. Finalement il n'est pas si tard que ça et j'ai le temps de faire le trail. J'eusse bien aimé rester à Crazy Hills mais il faut bien varier. En tout cas un lieu haut en couleur qui mérite qu'on s'y attarde. Le ratio effort / plaisir est génial.

Image

Image

Image

(...)
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 14:39

(...)

Et c'est parti pour le dernier trail de la journée. Une famille de 4 personnes s'engagent en même temps que moi. J'entends un "Jean Pierre on a oublié l'eau" :lol: Ce qui est un bon réflexe en passant. Bon bah Jean Pierre est quitte pour revenir à la voiture. Je passe devant eux en faisant un "Hi" des plus américains et en espérant secrètement qu'ils racontent des trucs drôles croyant que je ne les comprendraient pas mais rien du tout.

J'accélère un peu pour ne pas arriver trop tard. La rando est vraiment sympathique surtout qu'elle est de plus en plus balisée (mais toujours pas officialisée dans les cartes du parc). La dernière partie se fait sur un gigantesque slickrock. On sent qu'on y arrive mais on ne voit toujours rien.

Image

Image

Et puis d'un coup elle surgit. C'est la bonne heure et elle est vraiment belle. On en mangerait.

Image

Image

Image

Après quelques instants à savourer la vue, je repars non pas par le chemin aller mais en coupant à travers rochers. En fait on est à seulement quelques centaines de mètres de la route. Et c'est assez sympa par là d'autant plus qu'on peut un peu visiter la partie centrale en dehors d'un arrêt sur le bas côté.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Et j'arrive à quelques mètres près à l'endroit ou je m'étais arrêté en voiture un peu plus tôt. En cette fin de journée, le soleil vient caresser le paysage, c'est splendide

Image

Image

Du coup le retour se fait facilement en longeant la route. Très peu de voitures croisées. Il commence à faire bon en ce début de soirée, du moins je sens qu'il fait moins chaud. Toutes ces roches et ces couleurs font un peu tourner la tête et se remettre à faire des photos est fatiguant. Mais je savoure cette fin de journée, ça y'est le voyage est lancé. Ce qui a de bien avec VOF c'est qu'en 10', on est déjà embarqué.
Les dernières en arrivant au parking et c'est l'heure de rentrer

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le temps de manger un petit truc et je me décide de rendre visite à mes voisins musiciens. Quelques personnes sont là. Ils jouent un mélange de blues au relent un peu psyché. C'est très agréable même si je sens qu'ils ont envie de jouer plus fort. La musique, les roches, le ciel... bref on est ailleurs. Je reste un peu mais ces premiers trails et la chaleur ont raison de moi.

Ce parc est quand même dingue, à même pas 1 h de Las Vegas! Et encore pleins de choses à voir. 3ème fois et je n'en ai toujours pas fait le tour. En tout cas, il est l'idéal pour lancer ou finir un roadtrip.
Comme je m'y attendais, ma tente est étouffante. Du coup je prends le matelas et le met sur la table. Ca sera une vraie nuit à la belle étoile. Peut être des bébètes dans la nuit ? J'en sais rien, j'ai bien dormi.
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar Straw » Sam 29 Aoû 2015 14:42

JMZ45 a écrit:Magnifique début de narration :super:


Merci JM :super:
Pas facile d'éviter le "Je ..." lors d'un voyage en solo !
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36

Re: How the West was won and where it got us

Messagepar philippe78 » Sam 29 Aoû 2015 16:05

C'est parti :content:
Roadtrip 19 jours en octobre 2011 : Los Angeles > Parcs Nationaux > San Francisco
Roadtrip 29 jours du 11/07/2015 au 08/08/2015 : Salt Lake City > Yellowstone > Moab > Las Vegas
philippe78
Bison fougueux
Bison fougueux
 
Messages: 3509
Inscription: Ven 22 Oct 2010 08:36

Suivante

Retourner vers Carnets de voyage aux USA

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], ED87, laetitia07 et 6 invités