Accueil RoadTrippin.fr
Au hasard des routes...
Yant FlatRoadTrippin.fr - Guide et forum de voyage Ouest américain USA États-Unis
RoadTrippin.fr - Guide de voyage aux USA
En ce moment, réductions et bons plans chez Papillon, Hotels.com, Alamo, Avis... Retrouvez toutes ces offres sur la page Bons plans et promos !
La mission (monumentale) du jour : noter Monument Valley.

Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Vous revenez des USA ou vous y êtes encore ? Vous voulez faire partager votre trip et vos impressions aux internautes ? Venez nous faire découvrir votre voyage !
Merci de suivre les conseils pour l'écriture de votre carnet de voyage : http://www.roadtrippin.fr/forum/post2971.html

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar Straw » Ven 29 Mai 2015 21:10

:super:
Ah le Lac St Martin... j'en garde d'excellents souvenirs. C'est quand même une image d'épinal du swamp quasi parfaite.
Galveston donne envie, d'autant plus que je viens de finir un livre du même nom écrite par le réalisateur de True detective (l'ambiance et les maisons décrites y sont moins ... cossues). Il fait également référence au cyclone. La ville a l'air bien exposée à ce genre d'intempérie.
Vous avez eu de la chance de pouvoir vivre dans cette région :bave:
Straw
Jeune otarie de San Francisco
Jeune otarie de San Francisco
 
Messages: 755
Inscription: Dim 23 Fév 2014 12:36


Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 07:57

Jour 6 de Galveston à Houston

Je quitte à regret l'île de Galveston pour entrer dans l'énorme région urbaine de Houston adjacente, une ville tentaculaire de 6 millions d'habitants en 2010, qui a gagné 1 million d'habitants dans la première décennie du siècle et qui s'étale sur 50 kilomètres à la ronde dans toutes les directions dans la plaine texane.
je commence à me rendre là où tout a commencé, San Jacinto à proximité de la vaste baie de Galveston, près de l'embouchure du Buffalo Bayou, calme fleuve côtier qui traverse Houston.
Après leur défaite de Los Alamos en 1835, les rebelles sont acculés dans les marais en 1836 par l'armée mexicaine commandée par le général président Santa Anna en personne. Un audacieux coup de main surprend les mexicains au petit matin. Son armée massacrée, le président mexicain est capturé. les colons yankee rebelles viennent d'arracher l'indépendance du Texas. Immédiatement, des entrepreneurs baptisent la petite ville qu'ils fondent à proximité du nom du héros du jour, Houston.
Chemin faisant je fais un arrêt à Kemah, le Coney Island de Houston sur les rives du golfe. Il est très tôt et rien n'est encore ouvert. Ce sont avant tout des manèges et des restaurants, je ne m'attarde pas.
Image
Le monument de San Jacinto a été édifié pour le célébrer le centennaire de la bataille en 1936. L'orgueil et le chauvinisme des Texans se mesure à la hauteur de la tour, 173 mètres!
Image
Cette érection monumentale est assez indécente :oops: , mais à un certain niveau, l'outrance du mauvais goût écrase la critique, c'est ce que j'aime au Texas. Par ailleurs, la tour contient un ascenseur qui permet de grimper au sommet dans un observatoire. Dans cette plaine très plate, c'est précieux. Je me hâte de monter sans me laisser rebuter par les inévitables groupes scolaires, bruyants, désordonnés et pas du tout intéressés par les explications de leurs instits... :non: Les gosses sont les mêmes partout.
Image
Du sommet de la tour, on voit au loin la crête urbaine de Houston à l'ouest. Au premier plan se trouve le canal "ship channel" creusé dans le bayou Buffalo entre 1902 et 1914 pour permettre aux navires de haute mer d'aller jusqu'à Houston. Cet aménagement a été subventionné par l'état fédéral pour pallier les difficultés causées par la désorganisation du port de Galveston par le cyclone de 1900.Comme le pétrole venait d'être découvert à Spindletop en 1900, la région était en plein essor. l'industrie pétrochimique domine toujours le paysage. la suprématie financière de Houston, traditionnellement bourse d'échange du coton du Texas, est fermement établie: naissance d'une métropole.
Quand on déplace le regard un peu sur la droite, on aperçoit un autre monument ouvert à la visite en contrebas de la tour.
Image
Le cuirassé Dreadnought USS Texas (1912) a participé et survécu aux deux guerres mondiales, ce qui est un cas unique je crois. Je n'ai pas visité.
Par une autre fenêtre ouverte vers le nord est, on voit clairement l'environnement naturel de la région, des marais maritimes forment l'embouchure du Bayou Buffalo.
Image
Houston est encore proche de la Louisiane.
Le site de San Jacinto abrite un intéressant musée historique. c'est un parc d'état.
En quittant le site, je suis frappé par les vastes fresques qui couvrent les flancs de dépôts de pétrole voisins, une autre manière de commémorer l'histoire. Tout est dit.
Image
Image
Indeed, Don't mess with Texas !
Image
Après cette visite historique, je fais un tour au Armand Bayou Nature Centre situé à proximité dans ce quadrant sud-ouest de la métropole étalée.
Image
Ambiance bucolique toute différente dans cette jolie aire protégée qui s'efforce de préserver l'image d'une campagne aujourd'hui engloutie par les lotissements, les zones commerciales et les zones industrielles. beaux sentiers de découverte dans les wetlands. Une pause pique-nique optimale.
L'après-midi est consacrée à un autre site historique voisin, sans doute mieux connu des français, le Johnson NASA Space Centre
Image
Avant d'être un musée à la gloire de l'agence et de l'aventure spatiale américaine, c'est une immense cité industrielle qui travaille sur les programmes spatiaux et les engins de l'agence et c'est aussi le centre de contrôle de commandement et de communication des missions spatiales de la NASA. Un tour organisé en petit train permet de se déplacer sur le site et d'y observer des fusées plus ou moins anciennes.
Image
Image
On visite un immense hangar où sont exposées différentes maquettes dont l'ISS au 1:1e ! Le clou de la visite reste la visite du centre de contrôle historique des missions Apollo. "Allo Houston, nous avons un problème!" ça vous dit quelque chose ?
Image
La salle de contrôle historique n'est plus qu'un musée, elle a été maintenue en l'état. le plus incroyable est de penser que pour la mission Apollo qui a permis de marcher sur la lune pour la première fois en 1969, la capacité informatique totale de toutes ces énormes armoires informatiques était de 5 mégaoctets seulement :shock:
La préhistoire...
Je n'ai pas été emballé par la NASA, c'est super pour des gosses, mais j'ai trop de recul face à l'impuissance de l'humanité à maîtriser son environnement et son destin pour me laisser sérieusement impressionner par ces jouets de la démesure. vanitas, vanitatum et omnia vanitas. :lol:
Pour terminer cette journée, je me déroute vers l'ouest jusqu'à un coin perdu de Pearland, TX, totalement en dehors des circuits touristiques. Je suis curieux de visiter le Sri Meenakshi temple un centre culturel et religieux hindou inauguré en 1987. C'est le centre de la vie communautaire d'une population indo-américaine de plus en plus nombreuse à Houston.
le site est encore semi-rural, c'est très calme et très beau.
Image
Amérique oblige, les temples ne sont pas recouverts de sculptures érotiques comme peuvent l'être certains temples en Inde... :hihi:
Une belle journée se termine, maintenant, à nous deux Houston
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 08:56

Jour 7 Houston

Houston, c'est d'abord une énorme métropole, avec un trafic routier mémorable et des conduites assez délirantes
Image
Il y a naturellement un CBD hérissé de gratte-ciels et encerclé d'autoroutes.
Image.
De premier abord, la carapace est difficile à percer.
Downtown Houston est étonnamment calme. Les rues sont pratiquement désertes en cette matinée.
Image
La nouvelle génération de tours écrase et remplace peu à peu l'ancienne génération.
Les grandes compagnies rivalisent de puissance ostentatoire.
Image
Image.
Au milieu de la démesure des grandes multinationales, les bâtiments qui symbolisent la puissance publique sont modestes et bien cachés, comme le tribunal.
Image
Ici, la cour du presbytère de la cathédrale (épiscopalienne) Christ Church
Image
Ville de l'automobile et du pétrole, la ville s'est modestement doté d'une première ligne de Tramway en 2004, et une deuxième ligne a été inaugurée en 2014. Pour l'heure les tramways ne desservent que le centre.
Image
Si seulement cette citation était vraie! ^^
Je me rends au 66e étage de la JP Morgan Case Tower, 600 Travis, la plus haute tour de Houston (305,4m, soit 1002 pieds) offre un "observation deck" gratuit ouvert aux heures de bureau en semaine
Image
de ce point élevé, on observe à travers les vitres vers l'ouest en direction de Uptown Houston, un second centre d'affaire. Le CBD est hérissé de tours assez austères, car la plupart datent de la période 1970-1985 à l'apogée de la spéculation sur les prix du pétrole. L'architecture de l'époque est dominée par les préceptes de Mies Van de Rohe et de la 2e école de Chicago, donc le sont des formes géométriques épurées, avec des façades de verre assez uniformes.
j'entends la musique de Philip Glass, "façades" me trotter dans la tête.

Quand on se tourne sur l'autre côté du balcon d'observation ont voit vers le sud-ouest l'axe principal de Main Street qui s'étire en direction du Texas Medical Center, une concentration de grands hôpitaux qui font la réputation de Houston dans le monde entier.
Image
De Downtown, je me rends ensuite à Uptown, où l'on trouve un centre commercial réputé "The Galleria" et la 2e tour de Houston haute de 300 mètres, isolée contrairement à ses sœurs de Downtown.
Image
Trois business ont fait la fortune de Houston, d'abord le pétrole et toute l'industrie chimique qui va avec, ensuite la pharmacie et la médecine, enfin les assurances. Houston est une métropole de classe mondiale, la 5e des USA après New York City, Chicago, Los Angeles et Dallas - Fort Worth. Son paysage est marqué par tous les attributs de cette puissance.
Les beaux quartiers s'étendent à l'ouest du Downtown. Il faut visiter la formidable Fondation Menil
Image
https://www.menil.org/
Dominique de Menil, née Schlumberger a accumulé une collection remarquable d'objets et d’œuvres d'art moderne grâce à la fortune immense de son pétrolier de mari. Le musée construit par Renzo Piano, l'architecte de Beaubourg abrite cette collection fabuleuse, l'entrée est gratuite. deux étonnantes chapelles annexes font aussi partie de la fondation, la Chapelle Byzantine et la Chapelle Rothko. Je recommande tout particulièrement d'aller méditer dans cette dernière, c'est stupéfiant :oui:
De nouveaux quartiers branchés ont été construits à proximité du Buffalo Bayou, offrant de belles promenades boisées pour le jogging matinal et de belles vues sur le Downtown en après-midi.
Image
Pour finir la visite, je me rends au Sam Houston Park qui jouxte le Downtown à l'ouest à proximité du Buffalo Bayou.
Image
Image
On y jouit d'une très belle vue sur la tour Texaco dont le sommet, est modelé comme un temple aztèque :hein:
Image
Je trouve l'analogie entre le Moloch des multinationales pétrolières et les cultes sanguinaires du Mexique précolombien bien trouvée... :clin:
Le San Houston Park rassemble un écomusée de bâtiments historiques du 19e siècle qui ont été transférés là et restaurés
Image
Le contraste entre l'ancien et le moderne est saisissant.
Image
Par quel moyen a-t-on pu passer de ces cabanes de pionnier de 1836 à ces tours orgueilleuses ?
Image
Réponse, c'est facile: La recette comprend les ingrédients suivants, coton, travail forcé et esclavage, pétrole, pillage des ressources fossiles et dérèglement climatique + commerce et spéculation, et vous obtenez une superbe métropole en phase avec la mondialisation.
Houston est une visite bien intéressante.
Demain, je prends la route de l'ouest.
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar licare » Sam 30 Mai 2015 09:56

Et voilà...
Encore un super compte rendu d'un lieu "hors sentiers battus"... :super:
Moi qui étais persuadée que le Texas était à peu près vide d'intérêt "touristiquement" parlant (et "vide" tout court :oops: , vu la taille de cet État et son caractère désertique... sans les beautés de l'ouest ) !
Houston est une visite bien intéressante.

En effet... merci de nous le faire découvrir.
A+
Claire

Voyage en famille 2011 : Presque deux mois dans l'Ouest (camping sous tente + motels + grand 4x4 ; plutôt axé nature et randos)
Voyage en famille 2015 : Des Appalaches à l'Atlantique : 6 semaines à l'Est (camping en "cabins" + motels + voiture ; mi "nature", mi "grandes villes")
licare
Eléphant de mer pépère
Eléphant de mer pépère
 
Messages: 1290
Inscription: Ven 21 Jan 2011 22:32

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 10:46

Jour 8 de Houston à Austin
Je quitte Houston avec un temps qui s'ennuage
Image
Une demi-journée de route avec coup de vent jusqu'à Austin, la capitale de l'état. Quand j'y parviens, la perturbation est passée, sans pluie, et le soleil brille de nouveau.
La ville a été fondée en 1839. Elle doit son nom au prère fondateur Samuel Austin, leader politique des premiers colons Yankee qui ont fondé le texas. Elle est choisir comme capitale de l'état en raison de sa situation centrale sur ce territoire immense. Austin est une métropole high-tech en pleine expansion, on parle de "Silicon Hill" car c'est la porte d'entrée d'une région de topographie plus contrastée à l'ouest, le "Hill Country". La ville a une ambiance sympa, plutôt bobo. La vue sur les rives du fleuve Colorado (non, pas celui de l'Ouest, celui du Texas) est assez belle.
Image
Je visite le capitole de l'état du Texas, un mastodonte de granit rose construit entre 1882 et 1888 trônant au centre d'un vaste parc boisé.
Image
Impressionnant, avec un beau musée historique.
Image
J'apprends que le Capitole du Texas est le plus vaste de tous les USA, "Everything's bigger in Texas", je sais...
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 11:10

Jour 9, le Hill Country

Je quitte Austin par le nord ouest pour un tour dans le Hill country. J'avais espéré initialement traverser une campagne riante couverte de lupins en fleur, c'est le début de la saison normalement, mais la sécheresse impitoyable empêche la floraison, c'est trop tôt pour cette année, il il faudrait qu'il pleuve.
S'il n'y a pas de parcs nationaux dans la région, le Texas a un réseau assez dense de parcs d'état qui préservent les coins de nature les plus intéressants.
Je vais donc visiter successivement :
Inks Lake State Park
Image
Colorado Bend State Park
Image
Enchanted Rock State Natural Area
Image
Partout, les signes d'une sécheresse impitoyable.
J'ai particulièrement apprécié le Enchanted Rock, le parc le plus proche de Frederickburg, mon étape du soir. ce dôme massif de granit rose surgit au-dessus du plateau de manière inattendue. Il faut gravir les 130 mètres de surplomb jusqu'au sommet de cette colline de roche nue pour saisir l'étendue de la vue qui en faisait un lieu sacré au yeux des indiens Tonkawa.
Image
La vie s'accroche au rocher dans des petits ilots érodés dans le granite, qui me font penser aux écosystèmes désertiques de Canyonlands National Park. la flore n'est pas très différente.
Je finis la journée avec la visite de Fredericksburg. C'est en 1846 qu'une petite communauté d'émigrants allemands fondent Fredericksburg qu'ils baptisent en l'honneur du prince Fréderick de Prusse, sponsor de l'entreprise. A la suite de l'indépendance du Texas en 1836, les Prussiens ont rêvé un temps d'un Texas Allemand. des princes allemands ont recruté des colons pour les établir au nord et à l'ouest de San Antonio et de Austin. Après l'annexion du Texas dans les États-Unis, le rêve d'une colonie allemande s'évapore, mais les colons allemands continuent encore à s'installer pendant quelques années.
Cette communauté protestante luthérienne a conservé ses coutumes très longtemps.
Image, la ville a sa "Gemeindehaus", son "Friedhof" et son "Muhle"
Image.
On y cultive le folklore germanique, et les restaurants servent de la Sauerkraut et des saucisses. Mais cette communauté a été totalement américanisée au 20e siècle, comme l'ont été les Acadiens et tous les autres groupes d'immigrants arrivés avant 1914. Fredericksburg est la ville de naissance de l'Amiral Nimitz, le vainqueur de la guerre du Pacifique. On l'a affecté sur le front Pacifique pour qu'il n'ait pas de cas de conscience durant cette guerre.
Si Fredericksburg cultive le souvenir allemand, l'environnement est radicalement différent de celui de la lointaine mère patrie.
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 11:40

Jour 10, de Fredericksburg à Marathon, l'ouest du Texas

Traverser le Texas d'est en ouest, c'est passer petit à petit de luxuriance des forêts humides subtropicales de Big Thicket au désert de Chihuahua. Le Hill Country était déjà bien désolé avec son Chapparal d'allure méditerranéenne, mais quand on part plus à l'ouest, on entre dans le vrai désert. La région est immense et les trajets sont interminables, alors on speede sur l'autoroute 10 où, exceptionnellement pour les USA, la vitesse est autorisée jusqu'à 80 miles par heure (130 km/h). Nous on trouve cela normal, les ricains trouvent cela tout à fait exceptionnel, car la limitation de vitesse est plutôt de 60 mi/h (105 km/h) en moyenne sur les autoroutes. le paysage devient plus âpre et plus grandiose au fur et à mesure que l'on s'avance vers l'ouest a destination du jour, c'est Fort Davis, un parc national historique dans un petit massif montagneux Après plus de 500 km et 4h1/2 de conduite sans interruption, je quitte l'autoroute à la sortie 209. J'ai besoin d'une pause, je choisis de m'arrêter au Balmorhea State Park.
Image
Cette oasis a été aménagée dans les années 1930 par le Civilian Conservation Corps pour mettre en valeur l'une des sources artésiennes de la région. celle de Balmorhea a un débit régulier de 110,000 m3/jour, qui alimente une superbe piscine de 7100 m² remplie de 13,000 m3 d'une eau délicieusement douce.
Une vraie fontaine de jouvence dans ce désert pelé par ailleurs.
Tout ragaillardi, je reprends la route pour visiter Fort Davis avant l'heure de la fermeture.
Image
Image
Les baraquements du fort au pied des falaises du parc nous montrent clairement que nous sommes dorénavant bien arrivés au Far West. Fort Davis est une National Historic Site, tenu par les rangers du NPS. Il préserve l'un des forts construits par l'armée fédérale pour protéger les colons contre les indiens lors de la conquête de l'Ouest. Fort Davis a été en opération de 1854 à 1891. C'est une place stratégique dans la guerre sans merci que les États-Unis ont mené contre les Comanches et les Apaches qui dominaient toute la région. Le fort restauré est devenu un musée très bien fait qui vous fait revivre l'ambiance des tuniques bleues. Nous sommes dans le Far West, mais aussi dans le Sud, Fort Davis fut l'un des rares postes militaires à accueillir des soldats noirs après la fin de la guerre de Sécession (1865). Ces "Buffalo Soldiers" comme les ont appelé les indiens se sont révélé redoutablement efficaces pour soumettre les sauvages guerriers Comanches.
Au Texas, les guerres indiennes ont été particulièrement impitoyables, il ne reste plus que deux minuscules réserves, celle des Alabama Coushatta dans l'est et celle des indiens Kickapoo le long du Rio Grande. Cet immense état a autrement été totalement "nettoyé" et ses terres livrées aux colons, planteurs de coton dans l'est, éleveurs bovins surtout à l'ouest, et plus tard, aux exploitations pétrolières.
Je quitte Fort Davis bien satisfait de ma visite et me rends à Marathon, où j'ai réservé deux nuits. J'ai choisi ce compromis pour pouvoir consacrer une grande journée à la découverte du parc national de Big Bend le lendemain et ensuite avoir assez de temps pour gagner en voiture San Antonio et faire quelques visites en route.
Le soir tombe sur le désert.
Image
Le lendemain, enfin le parc national. J'en trépigne d'impatience...
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 13:17

Jour 11 Big Bend National Park

Il y a 110 km à parcourir entre le Marathon Motel & RV Park et le Panther Junction Visitor Centre qui marque le début des choses sérieuses à Big Bend. Comme je n'ai pas de petit déjeuner compris dans le prix de mon bungalow, je m'éclipse avant l'aube et file au plus vite vers le parc national, où j'arrive par le Persimmon Gap à l'aurore.
Image
La lumière monte à l'est au fur et à mesure que je m'approche des Mts Chisos qui sont au coeur du parc.
Image
Un cerf mulet et d'autres bestioles observent avec curiosité cette première voiture de la journée sur la route.
Image
A Big Bend, je suis à plus de 1000 miles de La Nouvelle Orléans, et pratiquement sur une autre planète.
Après la visite, toujours très instructive du centre de découverte de Panther Junction, j'organise la journée de la façon suivante. Je commence par les Mts Chisos et la randonnée modérée du Lost Mine Trail 7,65 km A/R, 324m de dénivelé entre 1756 et 2080 m d'altitude. la partie marche doit être faite le plus tôt possible car on a beau être en mars, il fait déjà chaud et la journée s'annonce sans nuage.
Image
La randonnée est magnifique et conduit à de superbes panoramas.
Image
Image
Image
Image
Les hautes terres des Mts Chisos sont le domaine d'une forêt claire qui contraste avec le désert des basses terres.
J'ai l'occasion d'observer de près un géocoucou (roadrunner), oiseau typique du désert.
Image
Après cette superbe matinée, l'après-midi est consacrée à parcourir le Ross Maxwell Scenic Drive jusqu'au Canyon Santa Elena et les rives du Rio Grande qui marque la frontière avec le Mexique.
La route panoramique offre de beaux points de vue sur les formations volcaniques anciennes qui ont formé les massifs montagneux de la région.
Image
Image
Dans certains cas, les anciennes coulées de lave sont très visibles.
Image
Les anciennes couches de tuf volcanique ont été creusées de canyons.
On trouve les ruines d'anciennes tentatives de colonisation sur les rives d'un arroyo seco tout ce qu'il y a de plus sec.
Finalement, on atteint la vallée du Rio Grande.
Image.
Considérant son importance géopolitique, ce fleuve est bien modeste, mais la vue est grandiose, notamment le plateau soulevé au sud que tranche le Canyon Santa Elena.
J'abandonne la voiture et je marche un peu vers le fleuve par un sentier panoramique.
Image les falaises s'élèvent, verticales, de part et d'autre sur plus de 430 mètres de hauteur. C'est spectaculaire. le Mexique est à portée de main.
Il fait chaud, 100°F (+40°C) au compteur de la voiture et nous ne sommes encore qu'en Mars ! :shock:
De retour vers le parking, le chemin qui passe en surplomb ouvre un très beau panorama sur le parc national
Image.
Un couple de texans contemplatifs avec j'ai agréablement bavardé au sommet du Lost Mine Trail et les trois personnes que l'on voit les pieds dans l'eau en contrebas sont les seuls autres visiteurs que je croiserai de toute la journée. Big Bend, c'est vraiment très calme.
Sur la route de rerour vers la sortie du parc, je m'arrête au point de vue sur les "Oreilles de mule", des anciennes cheminées volcaniques dégagées par l'érosion des cones de cendre qui devraient les entourer.
Image.
Je n'attendrais pas le crépuscule sur Big Bend, car il faut 1h1/2 pour aller du Canyon Santa Elena au centre de découverte de Panther Junction et autant de temps de là pour remonter sur Marathon.
Bilan de la journée à Big Bend, une merveille ! :love: A visiter impérativement en hiver. Mars n'est pas mal non plus, car les cactus étaient en fleur, mais les cactus du désert de Chihuahua, ne sont pas les plus beaux. Un seul défaut, l'isolement. San Antonio est à 650 km, 7h de conduite à l'est de Big Bend. El Paso à l'ouest est tout de même distant de 520 km, 5h de conduite.
Autrement, Big Bend, c'est le désert dans toute sa splendeur, des paysages immenses et sauvages, la solitude et une nature intacte qui vous donne une sensation de calme et de liberté incomparable.
J'avais fait de la visite de Big Bend National Park la clé de voute de mon voyage au Texas, je ne regrette absolument pas ce choix. :super: :content:
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 13:54

Jour 12 retour à la civilisation
Longue journée de route de Marathon à San Antonio par l'US-90. je déhotte à 6h du matin pour arriver à Langtry avant 8h et prendre un café à la station service en attendant l'ouverture.
Quand j'étais gosse, je n'avais pas droit à grand chose, mais mon père m'a donné une BD de Lucky Luke qu'il avait gagné avec des points carburant chez Total. J'ai adoré et je n'avais rarement autant ri.
C'était "Le Juge", dont la couverture est déjà tout un poème.
Image
Ce que je ne savais pas, c'est que cette histoire était inspirée de faits réels. Il y a bien eu un "Juge Bean" à Langtry, administrant "la loi à l'ouest du Pecos" avec le plus grand arbitraire et une honnêteté à géométrie variable.
Son "tribunal" et le tripot qu'il tenait à côté sont préservés par l'état du Texas et se visite.
Image
Un rêve de gosse... :love:
Le dessin de Morris est très réaliste.
Image
The Jersey Lilly est une référence à une fameuse cantatrice dont le juge Bean était amoureux. Il lui envoyait des lettres et a fait construire une "opera house" pour qu'elle se produise à Langtry. La vedette n'est jamais venue...
Un peu plus à l'est, on franchit la rivière Pecos à proximité de son confluent avec le Rio Grande. le Seminole Canyon State Park est une visite à ne manquer sous aucun prétexte si vous passez jamais dans ce coin perdu.
Image
Des indiens mystérieux ont vécu dans cette gorge plus de 12000 ans avant notre ère. les abris sous roche forment des lieux de campement idéaux. les magnifiques pictographes qui datent d'environ 4000 ans semblent avoir toutes été créées par le même artiste.
Image
On sait très peu de choses sur ces peuplades de chasseurs cueilleurs qui ont disparu bien avant l'arrivée des pionniers.
Je poursuit la route vers Del Rio, une ville frontière à l'ambiance étrange, on s'y promène avec le colt à la ceinture. Je ne m'attarde pas. Une centaine de kilomètres plus loin, on est arrêté sur la route par un poste de contrôle. Toutes les routes qui s'approchent trop de la frontière mexicaine sont ainsi barrées au Texas. Il semble que c'est un contrôle du trafic transfrontalier et de l'immigration. Questions des agents "Where do you come from?", "Big bend National Park", "Where do you go?" "San Antonio", OK, let's go! et la route se poursuit sans fin.
Un dernier arrêt à Castroville, curieuse fondation alsacienne dans la plaine texane.
Image
Je ne sais pas pourquoi cette "Alsatian house" paraît si incongrue dans cet environnement. Chemin faisant, on observe que le paysage a changé depuis Del Rio. On est sorti du désert et on est revenu sur des terres verdoyantes propices à la culture.
J'arrive sur San Antonio avant le soir.
Image
Nous voilà retourné dans une métropole. San Antonio est la 3e plus grande métropole du Texas, environ 2,5 millions d'habitants dans l'aire métropolitaine tout de même. Elle n'en a pas moins une allure beaucoup plus provinciale que Houston et Dallas.
Fondée par les Espagnols en 1718 en riposte à l'implantation des français en Nouvelle Orléans, la mission San Antonio de Valero est le noyau de ce qui est devenu la première ville de l'histoire du Texas.
C'est une ville très différente de toutes les autres dans cet état. Elle a un faux air de Mexique dans une variante étasunienne un peu aseptisée qui attire en masse les touristes américains. C'est une ville de fiesta et de bonne bouffe.
Image
Image
La cathédrale San Fernando remonte à 1738, mais son style néogothique date de sa reconstruction en 1868 sur un modèle plus inspiré des cathédrales françaises.
Le centre de gravité de San Antonio est le Paseo del Rio, une boucle aménagée de la rivière qui traverse la ville en contrebas des rues avec de larges trottoirs piétons, des ponts en dos d'âne et des terrasses de café
et de restaurant. On déambule tranquillement à l'ombre des cyprès chauves ou on se laisse transporter en barque sur l'eau.
Image
Certains coins du Paseo del Rio près du théâtre de plein air Arneson sont calmes de nuits, d'autres sont beaucoup plus animés.
Image.
On aura le temps de découvrir San Antonio plus en profondeur le lendemain.
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

Re: Du golfe du Mexique à la frontière mexicaine

Messagepar JMZ45 » Sam 30 Mai 2015 14:38

Jour 13 San Antonio

Je commence ma journée par le Mission Trail. Outre San Antonio, les espagnols fondèrent quatre autres missions franciscaines au Texas au début du 18e siècle. A cette époque, l'empire espagnol avait perdu beaucoup de sa superbe. L'époque des conquistadors brutaux qui écrasaient des hordes indiennes avec leurs armes en acier, leurs chevaux et leurs canons était révolue. Les amérindiens avaient beaucoup appris au contact des espagnols, notamment au Nouveau Mexique. Après la grande révolte des Pueblos de 1680, les chevaux et le bétail volés par les indiens faisaient partie de leur mode de vie. L'introduction du cheval entraîna une révolution culturelle et géopolitique parmi les indiens des plaines. C'est ainsi que la puissance des Comanches émergea dans les grandes plaines s'étendant de l'est du Colorado au nord du Texas. Plus à l'ouest, les Apaches étaient aussi devenus de redoutables cavaliers et ne craignaient plus les Espagnols. Les missions franciscaines devenaient des cibles de choix pour les raids de pillage des Comanches et des Apaches. C'est ainsi que plusieurs missions initialement fondées plus au nord furent déplacées et reconstruites autour de la rivière San Antonio avec les villages (pueblos) d'indiens convertis qui travaillaient pour les moines.
la Mission Conception, la plus proche de la ville, a ainsi été transférée du Texas oriental en 1731.
Image
Plus au sud la Mission San Jose y San Miguel de Aguayo (1720) est connue comme la "reine des missions".
Image
C'est la plus grande et la plus belle des missions de San Antonio. L'église, construite entre 1768 et 1782, est particulièrement belle.
Image
Elle était en restauration quand je l'ai visitée.
Image
Toutes les missions sont entourées d'une enceinte fortifiée pour résister aux raids des redoutables guerriers Comanches. Une mission fonctionne comme une grande Estancia, un domaine agricole autarcique, avec son moulin.
Image
Les quatre missions du "Mission Trail" font partie du parc national San Antonio Missions National Historic Park préservé par les rangers du NPS. La mission San Jose abrite un musée très riche et très instructif sur la vie coloniale dans les missions espagnoles du 18e siècle.
Plus loin de la ville, on trouve encore la Mission San Juan de Capistrano (1731)
Image
et la mission San Francisco de la Espada (1731) détruite par un raid des Comanches en 1826, elle a été partiellement restaurée.
Image
Il m'a fallu une grande demi journée pour parcourir le Mission Trail en me levant tôt. Le temps de revenir sur San Antonio et de déjeuner, le ciel s'est couvert.
Je décide de prendre un peu de hauteur pour contempler le panorama depuis le sommet de la Tower of the Americas (228 m de haut).
Image
Ensuite, je me rends sur le site initial de la fondation de la ville, en plein centre ville, "The Alamo", où l'on trouve encore les vestiges de la mission San Antonio de Valero qui a donné son nom à la ville et à la rivière.
Image
C'est sur ce site historique que s'est déroulé la bataille de Fort Alamo, rendue célèbre par Hollywood. Les colons yankee se rebellent contre le gouvernement mexicain en 1835. En janvier 1836, le colonel Travis, davy Crockett, Jim Bowie et 180 hommes sont assiégés dans la mission par les 5000 soldats du général Santa Anna. Ils résistent avec acharnement pendant 15 jours, tous sont tués sauf deux. Après ce triomphe, le Général Santa Anna marche vers l'est pour réduire les dernières poches de résistance des insurgés. Un autre parti de rebelles est massacré à Goliad en mars, Sam Houston est acculé dans les marais de la baie de Galveston en avril... La suite, on la connaît.
"Remember The Alamo!" est le cri de ralliement des texans qui massacreront les soldats mexicains sans pitié.
Le site de San Antonio a été converti en "shrine" consacré aux héros texans du siège de 1836. Le site dégage une ambiance bizarre, clairement ultra nationaliste et un peu raciste. La visite est néanmoins instructive et le jardin est très beau.
Sortant de là, difficile de ne pas prendre les escaliers et redescendre sur le Paseo del Rio.
C'est l'occasion de découvrir de jour le Arneson Theatre.
Image
Je passe aussi devant la célèbre salle de cinéma "Aztec on the River"
Image
De jour, on comprend mieux l'agencement des lieux.
Image
Mais le temps s'est refroidi de manière spectaculaire et il n'y a pas grand monde.

Bilan de la visite. San Antonio est la principale destination touristique du Texas. personnellement, j'ai apprécié principalement la visite du Mission Trail. J'ai par contre trouvé le centre-ville lourdement commercial et "The Alamo" m'a laissé une impression désagréable. Une journée suffit à visiter San Antonio. Je recommande cette ville surtout aux amateurs de fiesta nocturne. Comparée à La Nouvelle Orléans, dont la fondation remonte également à 1718, San Antonio ne soutient absolument pas la comparaison. Il lui manque de vrais quartiers historiques, les immeubles des années 1930 à 1960 qui occupent le centre-ville sont assez hideux. dans le genre moderne, San Antonio ne soutient pas la comparaison avec Houston, la ville est provinciale, et assez lépreuse, avec une majorité de population hispanique pauvre qui lui donne définitivement une allure très mexicaine... au mauvais sens du terme. :shock:
Avatar de l’utilisateur
JMZ45
Orignal
Orignal
 
Messages: 1686
Inscription: Dim 1 Mar 2015 14:43

PrécédenteSuivante

Retourner vers Carnets de voyage aux USA

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 3 invités