Accueil RoadTrippin.fr
Au hasard des routes...
Yosemite NPRoadTrippin.fr - Guide et forum de voyage Ouest américain USA États-Unis
RoadTrippin.fr - Guide de voyage aux USA
En ce moment, réductions et bons plans chez Papillon, Hotels.com, Alamo, Avis... Retrouvez toutes ces offres sur la page Bons plans et promos !
La mission (monumentale) du jour : noter Monument Valley.

Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Vous revenez des USA ou vous y êtes encore ? Vous voulez faire partager votre trip et vos impressions aux internautes ? Venez nous faire découvrir votre voyage !
Merci de suivre les conseils pour l'écriture de votre carnet de voyage : http://www.roadtrippin.fr/forum/post2971.html

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar valerie49 » Mar 20 Oct 2015 22:09

:coucou:
Juste superbe :super: :clap:
valerie49
Ours trop mimi
Ours trop mimi
 
Messages: 2335
Inscription: Lun 16 Mar 2015 18:49


Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar HPR38 » Sam 31 Oct 2015 09:48

Bonjour à tous,

Je suis en retard pour la suite. Sorry. :oops:
Aller. Voilà notre J17 avec Bodie, dont nous avons beaucoup aimé l'ambiance, rien à penser à comment cela devait être, il y a longtemps

Death ValleyMammoth lakes (Californie)
(514 km)
Samedi 20 septembre


J'ouvre les rideaux, surprise ! Un golf sous notre fenêtre où deux sexagénaires font preuve d'ingéniosité pour faire tomber la balle dans ce foutu trou …
Je n'en reviens pas! Un golf dans la Vallée de la Mort ! N'est-ce pas une hérésie, un non sens, alors que la Californie souffre depuis de nombreuses années d'une sécheresse redoutable, et qu'elle pompe sans vergogne dans les nappes phréatiques, le Colorado et ses nombreux affluents ? … C'est le monde à l'envers !

C'est bien Death valley :oui:
Image

Furnace Creek est l'endroit idéal pour une expo en plein air de chariots, et machines à vapeur ayant servi en cette fin de 19ème siècle, au transport des minerais extraits des sols de Death Valley.

Image

Les nuages dispersent leurs ombres sur la Sierra Névada, mais la pluie ne sera pas pour aujourd'hui.

Au volant de notre confortable automobile automatique, nous repartons pour une nouvelle journée de découverte et traversons la Vallée de la Mort pour rejoindre Stovepipe Wells à 40 kilomètres.
A droite au bord de la route 190, un immense champ de dunes, Mesquite Flat Sand Dunes digne des déserts sahariens ondule dans cette vallée caniculaire. Il y fait très chaud, aussi, dix minutes à vagabonder seront suffisantes.

Image

Image

Je reste sur mes gardes ; des traces de lézard et de serpents m'inquiètent. Je ne fais pas un pas sans m'assurer que dans un périmètre raisonnable une mauvaise surprise ne me guette. Le panneau "STOP – Extrème heat danger walking" écrit en espagnol, allemand, chinois ou japonais, donne à réfléchir, mieux vaut ne pas s'aventurer…

Ils l'ont même écrit en français ! C'est pour dire :lol:
Image

Après avoir franchi une chaine de montagnes dont le sommet culmine à 1511 mètres, nous entrons dans une autre vallée parallèle et identique à la précédente : du sel, du sable, des cailloux !...

Des cailloux ! Mais toujours en couleurs :hein:
Image

Image

Quelques arrêts photo avant de traverser ce fond de vallée.

Avant de traverser : nous allons en face, tout au fond, au bout de la ligne droite
Image

Et une fois de l'autre côté, d’où nous arrivons (on devine la même ligne droite dans la plaine)
Image

290 kilomètres de route nous conduisent sur les berges de Mono Lake. Le road book a prévu Mono Lake en fin d'après-midi, puis la visite de Bodie. Il est décidé d'inverser les visites.


Ah ! Bodie, le pasteur Warrington considérait Bodie comme " un océan de pêchés battu par les tempêtes du désir et de la passion".
C'est dire la spécificité diabolique de cet endroit accroché sur le versant oriental de la Sierra Névada à 2550 mètres d'altitude.

Depuis 1880, année de l'essor de Bodie, 95% des bâtiments ont succombé aux ravages du temps, du feu et des intempéries. De nos jours, c'est une ville morte et un exemple typique des villes créées en Californie par les chercheurs d'or. Devenue un "State Historic Park", Bodie a été conservée dans un état de "délabrement figé".

Body y découvrit l'or en 1859. La ville a acquit son importance quand s'épuisèrent les gisements d'or des versants ouest de la Sierra Névada.

Vers 1879, Bodie comptait environ dix mille habitants et sa vilenie, ses nombreux criminels, sans oublier son climat, considéré comme le plus détestable des climats de "plein air" lui avaient acquis une réputation sans égal.
Une petite fille qui déménageait dans cette ville infâme et lointaine écrivait dans son journal " je te quitte mon Dieu, je vais à Bodie". Cette phrase devient célèbre dans l'ouest.
Des meurtres étaient commis avec une régularité monotone, quelquefois quotidiennement. Le tocsin dont le nombre de battements annonçait l'âge des morts, sonnait fréquemment et longuement. Vols, hold-up de diligences et bagarres de rue faisaient diversion et les 65 saloons offraient une occasion de se délasser et de se distraire après une pénible journée dans les mines.

Quoi qu'il en soit du passé, les rues sont maintenant silencieuses. Bodie a toujours son mauvais climat, mais, à l'exception de l'occasionnelle visite d'un fantôme, tous les méchants restent dans leur tombe.

Bodie, comme toute autre ville des Etats Unis recensait les administrations, commerces, banques, artisans, églises et services. Cependant, la vie y tait plus dure et les dangers plus nombreux.

Le bois devenant rare et peu rentable, une autre alternative s'imposait. C'est ici qu'a été inventée la première usine hydroélectrique des Etats Unis, vite copiée dans le monde entier.

C'est ici aussi que se trouvait la plus grande usine de cyanure du pays. Il était utilisé pour l'extraction de l'or et fut perfectionné à Bodie. La chaux était utilisée dans le broyage et la cyanurisation des minerais d'or et d'argent.
Avec de la neige pouvant atteindre une hauteur de 6 mètres, un vent soufflant jusqu'à 160 km/h et des températures pouvant descendre jusqu'à – 40° l'hiver, le bois de chauffage était indispensable pour chauffer les maisons mal construites.

L'hiver 1878/79 fut particulièrement rude et les habitants récemment arrivés n'étaient pas préparés. Nombre d'entre eux moururent de froid, de maladie ou victime de la violence.

Bodie possède aussi son Chinatown. Les chinois ont également œuvré à la recherche du minerai dans cette région perdue.

La prison de Bodie eut ses heures de gloire, un seul prisonnier a réussi à s'en échapper.

En 1882, la loge maçonnique comptait 93 membres, d'où les nombreuses tombes dans l'enceinte du cimetière. A travers les arbustes de sauge, il y avait le cimetière Ward, le cimetière maçonnique, le cimetière du syndicat des mineurs et le cimetière chinois. Seulement ceux qui étaient considérés comme respectables furent enterrés à l'intérieur de la clôture. Les autres le seront, sans aucun signe, à l'extérieur dans Boot Hill.

Forges, sellerie, boucherie, saloon, hôtels, écuries, avocats, boutiques, fumeries d'opium, casinos, pensions de chevaux, entrepôts de stockage, bureau de poste, laboratoire d'essai, morgue, bouteillerie, Bodie possédait tout, sauf la sérénité.

Au fait de ses grands jours, il y avait trente mines en service à Bodie … et les saloons, les fumeries, les restaurants, les tripots, les tavernes et autres lieux de perdition atteignaient une moyenne supérieure à un par gisement. L'ouvrier était confronté à un choix déconcertant d'oasis ; le noceur pouvait étancher sa soif dans l'un de ces repaires de la ville. La paye d'un ouvrier était alors de 4 dollars.

La mine remporte près de 15 millions de dollars sur une période de 25 ans et son succès entraîna la ruée de 1878 vers Bodie. En un an, la population passa de 20 à 10 000 mineurs.
La production globale des mines de Bodie est estimée à 90 – 100 millions de dollars.


A flanc de montagne, de nombreux monticules de terre blanche sont le signe de fouilles passées. Quelques herbes sèches, pas de verdure, Bodie est vraiment un village fantôme.

Image

Les seuls habitants à la journée de ces lieux sinistres sont les rangers du State Park et un guide.

Les touristes déambulent calmement dans les allées. Tout est figé, seuls de gros corbeaux cassent le silence. L'émotion est palpable chez chacun de nous. Quelques dizaines de maisons ont résisté aux intempéries.
Les toitures de tôles grises ondulées ne font qu'attrister un peu plus ce paysage lugubre.

Image

Image

Image

Image

Image

J'ai pourtant attendu qu'ils se lèvent pour avoir une photo sans personne. Ben non. Ils étaient comme le reste : figés là :grrrr:
Image

La mine
Image

Image

L'intérieur des habitations a été momifié par une épaisse couche de poussière. Fauteuils et matelas usés ou éventrés croupissent et se délitent. Faitouts et timbales en aluminium ont servi leur dernier repas.
Dans la chambre, la chaise à pot côtoie le lit à barreaux et la cuvette émaillée.
Des lambeaux de rideaux autrefois plus occultant pleurent devant les vitres. Une lampe torche a fini d'éclairer les soirées nocturnes. Un piano suranné n'attend plus personne. Le poêle de l'école ne crépite plus. La dernière messe a été célébrée en 1932.

L'orgue de l'église
Image

Image

A table. C'est "presque" prêt :)
Image

Fermez les yeux et imaginez-vous dans un saloon de l'époque, avec les discussions des chercheurs d'or attablés devant une bière, et un fond de country :clin:
Image

Image

Pas gai :oops:
Image

Image

Image

La grisaille a tout envahi. Ici, le mot "fini" a tout son sens.

Finalement : la photo N&B convient bien à cette ambiance
Image

Je ne peux m'empêcher d'imaginer les conditions de vie des habitants de Bodie et ressent une profonde émotion, comme si, je déambulais dans les allées du cimetière des souvenirs, des joies, des peines et des drames de ses habitants.
Cette visite teintée d'amertume me laisse songeuse.

Le ciel s'assombrit, la température baisse, un vent frais m'oblige à mettre la veste.

Hubert a disparu ; comme moi, il a passé son temps à s'émouvoir devant les objets témoins et les restes des habitations de Bodie.
Emus, nous allons rendre visite aux morts, bons ou méchants, du cimetière de ce village fantôme puis reprenons la direction de Mono Lake.

Mono Lake est un lac d'eau salée, qui en s'évaporant a laissé à découvert des concrétions calcaire en forme de colonnes d'aspect fantomatique, les tufas.

Il est situé dans le désert de la Sierra Névada en Californie à environ 13 kms à l'est du parc du Yosémite. Ce lac possède l'une des plus grosses concentrations en sel. Seule une espèce de crevette y vit, ce qui en fait une étape essentielle pour la plupart des oiseaux migrateurs.

Les sources et rivières étant captées en amont pour l'approvisionnement en eau par les zones urbaines du Comté de Los Angeles comme beaucoup d'autres points d'eau, ce lac était condamné à se tarir. Heureusement, les habitants de la région se sont mobilisés pour le sauver de la destruction ; son niveau remonte donc lentement.


L'endroit est volcanique, mais paisible ; je m'y sens bien, c'est un petit paradis. Nous sommes heureux au sein de ce havre de paix, de beauté, de silence.

Les tufas en fond de soirée, le ciel rempli de nuages sombres. Ambiance un peu fantasmagorique
Image

Image

Image

Image

Image

Mammoth Lake est une station de ski à 2400 mètres d'altitude. Dans le comté de Mono Lake, elle est entourée par la Mammoth Montain à l'ouest et le Sherwin Rouge. Il n'y fait pas chaud.

Vite rentrés à la chambre de l'hôtel Shilo Inn de Mammoth Lakes, nous arrêtons la clim qui fonctionne à fond ; nous sommes frigorifiés !
Chambre spacieuse, très propre, tout confort. Malgré la froidure et la fatigue, le lit de 2 mètres de large, ne nous aura pas permis de nous retrouver !

:coucou:
Septembre 2014, de LA à LA : le roadbook et le carnet
Septembre 2016, NY et sa petite boucle dans l'Est : le roadbook
Juillet 2017, de LA à Denver via Yellowstone et Mount Rushmore : le roadbook
Avatar de l’utilisateur
HPR38
Bison fûté
Bison fûté
 
Messages: 4865
Inscription: Ven 1 Nov 2013 17:37

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar Nofra » Sam 31 Oct 2015 10:22

Bonjour

Quel beau souvenir cette journée que nous avons fait dans l'autre sens.... 3 lieux inoubliables !
Bravo pour ce carnet si bien écrit.
Nonia
Nofra
Chèvre des montagnes de Glacier NP
Chèvre des montagnes de Glacier NP
 
Messages: 937
Inscription: Lun 12 Mai 2014 15:44

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar LURMINCLAUDE » Sam 31 Oct 2015 12:02

Bonjour
j attendais avec Mme la suite de ton carnet Hubert avec Mme et sa prose que tout le monde se delecte......
chaque jour je regardais avec impatience ..... :snif:
c est super je vais presque avoir honte de mettre le mien.....
les photos sont superbe et franchement ca me donne des souvenirs d un mois quand j y etais..... :love:
y en a d autres aussi qui attendait la suite avec impatience c est sur.....j espere qu ils se nommeront :hihihi: :hihihi:
Merci encore
claude
LURMINCLAUDE
Renard du Wyoming
Renard du Wyoming
 
Messages: 430
Inscription: Sam 28 Fév 2015 16:07

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar valerie49 » Sam 31 Oct 2015 14:40

:coucou: Encore de bien belles photos de ces endroits ... j'ai une telle hâte d'y être !!!
valerie49
Ours trop mimi
Ours trop mimi
 
Messages: 2335
Inscription: Lun 16 Mar 2015 18:49

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar HPR38 » Mer 4 Nov 2015 00:04

Bonjour à tous,

Aller. On continue avec notre route vers Yosemite, via la tioga (J18)

Mammoth Lake ► Oakhurst (Californie)
(218 kms)
Dimanche 21 septembre


Hier soir, les tufas ont été si fascinants, que nous décidons d'y retourner. Le ciel est bleu, les oiseaux migrateurs à la recherche de crevettes font escale sur les berges de Mono Lake. Au soleil levant, les tufas dévoilent d'autres facettes, d'autres couleurs, d'autres parfums.
Comme le rire est communicatif, le bonheur l'est aussi, nous sommes heureux.

Les tufas avec du soleil : une autre ambiance et tout simplement superbe
Image

Image

Image

Image

Image

Il est temps de repartir ; le programme est aujourd'hui très chargé : "Voir et prendre le temps d'apprécier", telle est ma devise, mais ça n'a pas été toujours possible.

Lembert Dome, un merveilleux souvenir.

Je m'assure tout d'abord, auprès d'un ranger des risques liés aux ours grizzlis.
-" no problem, not grizzli here"

La montagne est boisée, humide et ponctuée par ci par là de lacs et de dômes de granit dont certains font plusieurs centaines de mètres de hauteur. Ces dômes me tentent, j'aimerais tant les escalader … Tous !

Image

Image

Chaussés, habillés, nous prenons le sentier dans un joli sous-bois, mais auparavant, nous avons pris soin de déposer le casse-croûte dans un coffre en lisière de forêt, à l'abri des ours.
En effet, un chapelet de coffres métalliques, fixés au sol, évitent les mauvaises surprises. Tous les ans, deux mille cinq cents véhicules se font littéralement massacrer par les ours, attirés par l'odeur des victuailles laissées dans les coffres. Les nombreux arrêts et parkings en sont équipés.

Image

Et il ne faut pas hésiter à les utiliser, y compris pour la protection des ours
Image

La crainte d'en rencontrer un me tenaille ; j'ai les yeux rivés au sol à la recherche du moindre indice annonçant sa présence ou son passage.

Au fil des rencontres, je demande systématiquement :
-"have you see grizzli ?
- not, no here"

J'ai su plus tard qu'il n'y avait pas de grizzli dans le Yosémite, mais des ours bruns ; pour moi, c'est pareil, un ours reste un ours !...
Rassurée, je continue mon ascension. La forêt est très encombrée d'arbres morts ; leur dernier devoir est par leur décomposition de participer à la formation de l'humus.

Pas de trace d'ours, ils se tiennent loin des randonneurs et préfèrent s'approcher des parkings la nuit, à la recherche de la peau de banane négligemment déposée derrière un tronc d'arbre.

Nous arrivons au pied du Dôme, imposante masse minérale lissée par un glacier.

Lembert Dome c'est là haut (le petit bonhomme juste devant, perplexe à se dire qu'il va falloir monter, c'est votre serviteur)
Image

Cette envie de grimper confirme les caractéristiques du Capricorne que je suis ! J'y vais ! Je suis au comble du bonheur, folle de joie…
En bas, Hubert me guette et prend la photo qui prouvera que je suis et serai toujours une éternelle chèvre.

Et une fois en haut
Image

Image

Il me rejoint ; une étreinte, un doux baiser, quelques photos et nous redescendons la paroi avec prudence jusqu'à ce qu'une marmotte nous stoppe net. Son abondante fourrure brune et or brille au soleil. Nous nous sommes observés ; le clic de l'appareil photo ne l'a pas surprise. Elle est chez elle, pas nous !

Donc, à défaut de grizzly :hihi:
Image

Notre repas : une pomme et une banane.

La prochaine étape sera la forêt de Séquoia de Mariposa Grove dans le Yosémite.

Cent onze kilomètres de virages nous séparent de cette forêt plusieurs fois millénaire découverte en 1857 par Galen Clark.

D'abord : c'est grand comment un séquioa ?
Image

Et puis c'est gros comment ?

Comme ca
Image

Ou comme ca
Image

Et vu de près ? (pris volontairement avec le groupe pour avoir une échelle de comparaison)
Image

Ces arbres au nom savant de Sequoiadendron giganteum à l'écorce spongieuse, peuvent atteindre un âge canonique de 3000 ans, cependant, son voisin de Pin aristé à l'écorce plus travaillée peut atteindre, lui, 4600 ans d'âge. Le plus grand séquoia de Mariposa Grove mesure 88 mètres de haut et 12 mètres de diamètre.

Le Falen Monarch, d'après les biologistes, est à terre depuis des siècles. L'acide tannique dans le bois, empêche la croissance initiale des champignons et bactéries, ce qui bloque quasiment toute décomposition d'un séquoia abattu. Ce n'est qu'après le lessivage du bois par la pluie et la neige fondante que la décomposition peut débuter.
Ses racines peu profondes (2m) peuvent s'étendre sur plus de 45 mètres, offrant une base stable à l'énorme tronc.

Image

Il y a peu de jeunes séquoias dans Mariposa Grove.
Peu après la découverte de ces arbres, dans un souci bien intentionné de les protéger, les gens ont éteint les incendies naturels. Des arbustes plus tolérants à l'ombre se sont rapidement développés en sous-bois, réduisant l'ensoleillement, s'accaparant l'humidité et couvrant la terre de leurs aiguilles et débris. Il est devenu impossible aux semis de séquoia de démarrer.

Ce rôle des incendies naturels dans la reproduction des séquoias n'est compris que depuis le début des années 60.
Pour réduire cette quantité anormale de combustibles et encourager la reproduction de séquoias géants, le service des parcs nationaux a entamé une série de "brûlages dirigés", allumés délibérément et surveillés de près par les rangers au printemps et en automne. Une fois que la forêt sera retournée à un état plus naturel, ces feux contrôlés devraient prendre fin. La nature pourra alors reprendre son cycle d'incendies causés par la foudre tous les 7 à 20 ans.

Le Grizzli Géant, l'un des plus grands arbres de Mariposa Grove a un âge estimé à plus de 1800 ans. Son énorme branche mesure 2 mètres de diamètre, ce qui est plus que le tronc de tout arbre du bosquet autre que les séquoias.

En entier
Image

Juste le bas
Image

Le Californie Tunnel Tree a été taillé en 1895 pour permettre le passage de diligences. (Quelle bêtise ! Tailler dans le cœur d'un arbre, c’est le tuer à petit feu).

Image

Image

Le Faithful Couple, ces deux arbres ont fusionné à la base, mais restent clairement séparés plus haut.

En bas
Image

En haut
Image

Les Clothespin Tree. De nombreux incendies y ont creusé un tunnel naturel plus large qu'une voiture.

Tout en bas, au pied : Mme HPR
Image

Wawona Tunel Tree, l'arbre le plus célèbre du monde. Des millions de visiteurs ont traversé en voiture cet arbre, de 1881, date du creusement du tunnel à 1969, lorsqu'il s'est effondré sous une charge de neige record. Affaibli par le trou immense à sa base, il est mort quelque mille ans avant son heure. Mais les histoires et les photos de ce géant ont contribué à la préservation de ses compagnons.
C'est la résistance des séquoias au feu, aux maladies, aux insectes et à la pourriture qui leur permet de devenir millénaires.


Et encore : Bachelor & three grace
Image

L'inverse de Faithful couple : liées en bas et séparés ensuite
Image

Nous prenons un sentier à l'ouest du bosquet, pour aller je ne sais où. Encore une idée saugrenue de Hubert ! Le casanier que je connais, deviendrait-il un aventurier ?

Demi-tour, lorsque, les yeux dans les séquoias, le pied dans une racine, tel un engin de l'aérospatiale en difficulté, je décolle, m'envole puis m'éclate au sol dans la descente, bouche ouverte et bras en croix
(NDLR : désolé de ne pas avoir eu le temps de photographier cette superbe figure aérienne :oops: )

Ce fût bref, mais spectaculaire !...

Je recrache la terre engloutie et gémis de douleur. Avec l'aide de mon aventurier, je me relève, m'époussette et constate les dégâts.
Des douleurs intenses dans la cheville et les cervicales me font craindre le pire.

Non ! Rien n'est cassé, mais une belle frayeur qui aurait pu mettre un terme à notre voyage.
Trois granules d'Arnica et un cachet d'anti-inflammatoire généreusement donné par un couple de québécois amélioreront la situation.

Cet œuf de pigeon sur la cheville deviendra rapidement un œuf de cannette !...

Après 28 kms de lacets, nous entrons à l'hôtel d'Oakhurst.

Pas d'ascenseur, avec la fatigue, les valises deviennent de plus en plus lourdes. Heureusement ! Mon chéri est un Jojo costaud ! …

Et un petit cadeau pour la fin, toujours à défaut d'ours
Image

:coucou:
Septembre 2014, de LA à LA : le roadbook et le carnet
Septembre 2016, NY et sa petite boucle dans l'Est : le roadbook
Juillet 2017, de LA à Denver via Yellowstone et Mount Rushmore : le roadbook
Avatar de l’utilisateur
HPR38
Bison fûté
Bison fûté
 
Messages: 4865
Inscription: Ven 1 Nov 2013 17:37

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar licare » Mer 4 Nov 2015 14:21

:clap:
+ 1 pour la chèvre qui aimerait grimper en haut de tous les dômes :hihihi: et en particulier, pour le Lembert Dome qu'on avait vraiment beaucoup aimé.

La photo de l'écureuil est super.

A+
Claire

Voyage en famille 2011 : Presque deux mois dans l'Ouest (camping sous tente + motels + grand 4x4 ; plutôt axé nature et randos)
Voyage en famille 2015 : Des Appalaches à l'Atlantique : 6 semaines à l'Est (camping en "cabins" + motels + voiture ; mi "nature", mi "grandes villes")
licare
Eléphant de mer pépère
Eléphant de mer pépère
 
Messages: 1290
Inscription: Ven 21 Jan 2011 22:32

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar DavidGP » Mer 4 Nov 2015 18:46

Un carnet excellemment bien écrit et illustré - en plus d'être joliment instructif ! :clap:

Merci à vous deux. :super:

(... Il y a beaucoup trop de choses sympas à lire et à voir sur ce site ; c'en est presque indécent !)
Canada USA 2014 : un mois au Québec (Montréal, Québec, Fjord du Saguenay, Gaspésie), en Ontario (Niagara Falls), dans le Nouveau-Brunswick (Acadie, côte sud) et dans le nord-est des USA (Acadia NP, Boston, New York, Ithaca).

USA 2016 : 5 semaines dans l'Ouest profond (Colorado, Arizona, Nevada, Utah) - en cours de rédaction.
DavidGP
Mouflon dépoilé de Banff NP
Mouflon dépoilé de Banff NP
 
Messages: 467
Inscription: Ven 16 Oct 2015 17:35
Localisation: Lille

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar valerie49 » Mer 4 Nov 2015 19:33

:coucou: Hubert
:clap: :clap: encore une magnifique narration superbement illustrée !! :super:

Question pratique du jour.... à Yosémite j'aurai normalement une glacière avec quelques victuailles à l'intérieur, il faut donc la mettre dans les bear box ?
valerie49
Ours trop mimi
Ours trop mimi
 
Messages: 2335
Inscription: Lun 16 Mar 2015 18:49

Re: Il y a déjà presque 1 an : le voyage vu par Madame

Messagepar HPR38 » Mer 4 Nov 2015 23:49

Hello,

Merci de nous suivre et vos remerciements. Mon seul souci est que Mme a bientôt les chevilles qui ne rentrent plus dans les pantoufles :lol:

Claire : je confirme que Mme est une vraie chèvre : un monticule, une butte, un mont, une montagne : du moment que c'est en haut il faut qu'elle ailles dessus :oui:
Heureusement que nous habitons dans une région de montagne

Content que cela te plaise David : effectivement le carnet que Mme a fait (250 pages quand même avec les photos) pour que nous conservions un beau souvenir a été l'occasion de recherches pour apprendre plein de choses

Valérie : pour moi oui. Parce que ces petites bêtes ont un odorat particulièrement développé. Donc pas de risques et ne rien laisser dans la voiture qui puisse les tenter. Il est même conseillé pour les campeurs de ne pas laisser le dentifrice dehors :shock: . A la limite tu vides les aliments de la glacière dans un sac que tu mets dans les coffres.
D'ailleurs les 5 ou 6 de notre parkings étaient bien remplis. Et comme la fermeture est ingénieusement faite de telle manière qu'un ours ne peut pas ouvrir, il n'est pas tenté de s'acharner sur les coffres

Image

:coucou:
Septembre 2014, de LA à LA : le roadbook et le carnet
Septembre 2016, NY et sa petite boucle dans l'Est : le roadbook
Juillet 2017, de LA à Denver via Yellowstone et Mount Rushmore : le roadbook
Avatar de l’utilisateur
HPR38
Bison fûté
Bison fûté
 
Messages: 4865
Inscription: Ven 1 Nov 2013 17:37

PrécédenteSuivante

Retourner vers Carnets de voyage aux USA

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: lisamat, MiraBella, MSNbot Media, nanie19, Pimka et 5 invités