Accueil RoadTrippin.fr
Au hasard des routes...
Scenic Drive 12RoadTrippin.fr - Guide et forum de voyage Ouest américain USA États-Unis
RoadTrippin.fr - Guide de voyage aux USA
En ce moment, réductions et bons plans chez Papillon, Hotels.com, Alamo, Avis... Retrouvez toutes ces offres sur la page Bons plans et promos !
La mission (monumentale) du jour : noter Monument Valley.

Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Vous revenez des USA ou vous y êtes encore ? Vous voulez faire partager votre trip et vos impressions aux internautes ? Venez nous faire découvrir votre voyage !
Merci de suivre les conseils pour l'écriture de votre carnet de voyage : http://www.roadtrippin.fr/forum/post2971.html

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Garfield » Mar 15 Juin 2010 21:19

QUEL coup de froid ?
Avatar de l’utilisateur
Garfield
Merlebleu de l'Ouest
Merlebleu de l'Ouest
 
Messages: 14
Inscription: Dim 6 Juin 2010 11:22


Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Garfield » Mar 15 Juin 2010 21:20

me manquait la fin du texte... j'avais pas tout lu...
fesez gafe les vioques ! pas d'excès... enfin, pas trop... ;-)
Avatar de l’utilisateur
Garfield
Merlebleu de l'Ouest
Merlebleu de l'Ouest
 
Messages: 14
Inscription: Dim 6 Juin 2010 11:22

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Esiosw » Mer 16 Juin 2010 23:42

Mardi 15 juin
Suite Grand Canyon :
Hier en fin d'après-midi, nous avons cherché une place dans un camping, tous pleins.
Nous avons donc décidé de faire le tour des points de vue pour faire des photos de couchers de soleil sur le Canyon, mais elles ne sont pas aussi belles que nous l'aurions souhaité, car une heure plus tôt, les ombres, les pans rouges éclairés par le soleil, les à-pics jaunes, tout était splendide. En fait, il faut prendre les photos bien avant le coucher du soleil, alors que le soleil éclaire encore le Canyon et que ces ombres mettent en valeur les reliefs sans les effacer.
Ensuite, nous sommes allés squatter, sans le vouloir, le Mather Campground. Personne à l'accueil, panneau manuscrit indiquant que le camping était plein, liste de 4 pages indiquant les emplacements vides mais retenus, nous avons trouvé un emplacement vide, le 49, nous nous y sommes installés. Les occupants de la place en face sont aussitôt intervenus dès l'arrêt de notre moteur. Ils ont prétendu qu'ils avaient réservé deux places et que nous devions partir, mais quand Serge est sorti du Ccar, ils ont tout de suite changé de ton, disant qu'ils n'étaient plus tout à fait sûrs d'avoir réservé cette place.
Ce matin, nous sommes partis à 7 heures, toujours personne à l'accueil, tant pis.
Nous sommes allés petit-déjeuner sur une jolie petite aire avec une jolie vue sur le canyon.
Nous sommes allés à l'aéroport de Tusayan, et là, nous avons été déçus.
Très déçus, même.
Le survol du Grand Canyon est en fait un vol AUTOUR de la région du Canyon essentiellement.
Cela doit être beau quand-même. Alors nous demandons les prix : 169 dollars le peti tour de 25-30 minutes qui monte et redescend le long d'un bras affluent du Grand Canyon, 236 dollars le grand tour de 45-50 minutes qui coupe deux fois le Grand Canyon mais qui reste essentiellement sur les plateaux et sommets qui l'entourent. Ok, nous voulons le faire quand-même.
Serge regarde alors les personnes qui embarquent sur un hélico : une à côté du pilote, 2 derrière le pilote en sens inverse de la marche, et 3 derrière dans le sens de la marche. Là, c'est clair, si je suis en sens inverse de la marche, je vais baptiser tous les voisins! On demande si on peut choisir sa place. Ah mais non, il faut payer d'abord, puis on nous pèse, et 5mn avant le départ, on nous indique notre place. Il y a de fortes chances que Serge se retrouve au milieu des trois à cause de son poids. Alors, comment filmer? On demande alors si on ne peut pas s'arranger, attendre le vol suivant, enfin faire en sorte d'être dans le sens de la marche et à une fenêtre. Et ben non.
Alors, faire ce vol pour dire j'y étais, dans ces conditions là, non.
Nous prenons donc la route de Seligman, où nous voulons rattraper la mythique Route 66.
Nous traversons de très jolis paysages, de plus en plus verts. Forêts de conifères, même un peu d'herbe dessous, des champs d'herbes à chameau et d'herbe vraie avec des vaches, puis de nouveau la Kaibab forêt. Nous cherchons un endroit où nous arrêter pour manger, et nous nous enfonçons dans la forêt de conifères, où nous apercevons quelques chênes malingres et de très beaux oiseaux bleus avec une grande crête sur la tête, de la famille des geais. Nous arrivons à un magnifique camping au bord d'un lac en pleine forêt. Mais impossible de s'y arrêter pour notre déjeuner, un camping n'est pas une aire de pique-nique, et nous repartons vers Seligman.
Nous nous arrêtons … sur le parking d'un MacDo de la petite ville de Williams, d'où j'écris ces quelques lignes.
Nous repartons à 14h.
Nous rattrapons la mythique Route 66, altitude 5700', la chaleur revient.
Des panneaux publicitaires pour un rasoir jalonnent cette route, assez drôles.
Nous nous arrêtons à Seligman, passage obligé pour les nostalgiques de la Mother Road, où nous faisons beaucoup de photos.
Le paysage du bord de la 66 est une grande étendue désertique, parfois jaune avec des plateaux brun-rouges, parfois tout vert avec de l'”herbe à chameaux”. On voit beaucoup de chiens de prairie, ces tout petits animaux qui se tiennent debout sur leurs pattes de derrière pour observer ce qui les entoure.
Depuis que nous sommes arrivés in America, nous sommes frappés par les poteaux télégraphiques. En Europe, quand on parle des installations électriques sur poteaux, il est dit qu'en Amérique, ils ont enterré toutes leurs lignes électriques et que nous sommes en retard, car plus d'entretien, moins de danger, etc. Non seulement ce n'est pas le cas, mais en plus, les poteaux sont fins, fragiles, souvent tordus ou même quelques fois suspendus aux fils, majoritairement en bois et peu élevés, ils ressemblent aux poteaux que nous avons connus, en France quand nous étions enfants.
Puis nous entrons dans la réserve indienne Hualapai, qui comme leur nom l'indique peuvent fumer le calumet comme nous buvons le Coke, (Ou à la paille). Nous retrouvons les bungalows aux toits de tôles, les vieux mobilhomes.
Tout à coup, en plein désert, aucun lieu d'habitation à moins de 10 Miles, un magnifique stade tout vert de rugby américain, avec des tribunes et une palissade fermée par un grand portail. Irréel si ça ne doit servir qu'aux habitations rencontrées 10 Miles avant où après.
Nous doublons un tracteur agricole.... Nous n'avons vu aucune culture!
Mais un peu plus loin, des champs un peu verts et des vaches. Il y a aussi un grand hangar ouvert aux quatre vents avec un toit de tôles rempli de bottes de paille.
Le paysage change alors, devenant plus vallonné. On voit les cactus et les yuccas en fleurs.
Nous arrivons à Kingman, ville très industrialisée, très grande, avec un bel aéroport, et beaucoup de vent. Des quartiers résidentiels.
C'est là que nous quittons la Mother Road 66 pour prendre bêtement l'autoroute, car la 66 continue vers le Sud et nous montons vers le Nord-Ouest.
Nous passons un col à 3737'.
Nous rencontrons notre premier radar : une voiture avec deux grandes antennes au sommet desquelles sont fixées deux caméras. Nous comprenons pourquoi plus personne ne nous double depuis quelques minutes. En temps normal, nous roulons à la vitesse limite autorisée, vitesse GPS et non compteur et tout le monde nous double.
Jusqu'au barrage, nous allons avoir un magnifique coucher de soleil orange derrière les montagnes de gauche, éclairant et colorant les montagnes de droite, alors qu'en face, les montagnes prennent toutes les nuances de gris, avec des effets de transparence, et un ciel jaune-rosé derrière.
Nous montons vers le barrage. Nous voyons le Colorado en contrebas. La route est en travaux, des travaux gigantesques pour amener vers un immense pont qui permettra d'éviter le passage sur le barrage. Dommage.
Nous arrivons au contrôle de police. Pire qu'en Libye ou en Egypte. Nous n'avons pas été ainsi fouillés pour le passage en Ccar du barrage d'Assouan ou du tunnel sous le canal de Suez. Fouille de tous les coffres extérieurs et de l'intérieur du Ccar, sauf la cabine de pilotage. Ils ont eu l'air un peu surpris en voyant sécher notre petit linge dans la salle de bains et ont illico arrêté leur fouille. Ils paraissent un peu paranos, mais c'est surprenant car ils ne fouillent pas du tout les voitures. Ensuite nous pouvons nous arrêter sur tous les parkings qui surplombent le barrage, sans problème et sans flic alentour.
Terroristes s'il y a, affichez bien vos petites culottes.
Nous nous arrêtons à un parking et la vue est époustouflante. On ne s'attendait pas à cette architecture. 4 tours servant de piliers tenant le tablier en style art déco de plus de 200m de haut, éclairées comme un sapin de Noël, dominent le barrage lui-même. On ira voir de jour si c'est aussi beau.
Nous repartons vers Las Vegas, où nous espérons passer la nuit sur le parking gratuit de Circus Circus.
L'arrivée sur Las Vegas de nuit est féérique. Encore dans les montagnes, on a les premiers casinos, à plus de 20 miles du centre ville.
On sort des montagnes et on découvre un spectacle énorme. A perte de vue, des lumières multicolores et étincelantes. Nous voyons deux grandes tours qui se détachent, une que nous laissons sur le côté et l'autre qui porte sur son sommet une pointe métallique rouge comme celle du restaurant panoramique de Palavas qui elle est bleue (ils n'ont pas d'ambition chez nous …). Cette seconde tour se trouve juste à côté du Circus Circus.
Ici tout est gigantesque. Je ne fais même pas une photo tellement je suis éberluée. Et pour ceux qui me connaissent, il en faut beaucoup pour que je ne fasse pas de photo.
Nous arrivons au Parking gratuit du Circus Circus où nous mangeons. Serge va faire un tour et rencontre l'agent de sécurité à vélo qui lui dit “parking free yes, camping no”. Nous allons donc chercher un autre endroit et empruntons par hasard l'Industrial Road parallèle au Las Vegas Boulevard. Nous arrivons à la sortie du Kampground KOA où nous entrons et nous installons pour la nuit. Il est minuit.

Mercredi 16 juin

Nous allons régulariser notre situation au bureau de Registration. 45$ la nuit, alors que les hôtels 5* proposent des chambres à 24,95 $ la nuit !
Nous allons maintenant nous promener dans Las Vegas, et pensons rentrer très tard dans le nuit. La clim tourne à fond et il fait 28° dans le camion, nous donnant une impression de fraicheur.
Esiosw
Bécasseau à échasses de Californie
Bécasseau à échasses de Californie
 
Messages: 43
Inscription: Jeu 29 Avr 2010 14:51

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Esiosw » Ven 18 Juin 2010 16:56

Las Vegas
Nous commençons par acheter le pass 24 h RTC des bus ACE ou DEUCE. Ces deux genres de bus circulent avec des arrêts différents et plus où moins fréquents en fonction du bus. Les Deuce sont à deux étages, circulent dans un centre restreint et s'arrêtent partout en prenant leur temps pour accueillir et faire monter les personnes. Pourtant même si l'ambiance reste très bonhomme et courtoise, il peut arriver que faute de place la moitié ou plus des personnes désireuses de monter attendent encore 20 mn le prochain bus. Tout ça dans la bonne humeur, sans cris ni reproches.
Nous allons donc visiter un à un les espaces démesurés de cette avenue de légende. Les plus beaux hôtels succèdent aux plus hauts lieux de la restauration, des plaisirs, des Casinos, des Salles prestigieuses de spectacle.
On sait que le niveau de l'eau au barrage de Hoover baisse dangereusement.
La démographie de Las Vegas , son usage de l'eau et sa très grande population fortunée ne verrait pas d'un bon oeil qu'on vienne à lui restreindre ses plaisirs et ses activités aquatiques. Chaque hôtel où lieu se prête au jeu du moi je fais mieux. Le plus beau lac, les plus beaux jets d'eau avec où sans jeux de lumières et de sons. Les plus beaux décors, bateaux de pirates, chateau de princesse, pyramide, tour eiffel, manège infernal, César lui même, etc....Tout est fait pour attirer le gogo et lui soutirer de toutes façons son argent. Tout va à la démesure. Certains passages piétons à certains carrefours conduisent par des ascenseurs ou des escaliers roulants tous extérieurs, soumis aux affres du temps mais surtout à la chaleur usante, ils conduisent donc à des bâtiments remplis de propositions: salles de jeux, restaurants, magasins divers, commerces chics, tout ce mélange pour que l'oeil attiré demande au corps de changer de route et d'entrer pour voir si ce n'est acheter ou jouer ou manger etc....Toute une foule entre et sort de ces lieux simplement pour passer de l'autre coté de la rue...Il faut être horriblement aveugles pour ne pas voir cette incroyable manège qui conduit à piéger le maximum de passants.
Surprenant que cela marche, mais la passion du gain est incommensurable et l'être humain très avide.
Plusieurs fois nos chemins de balade se termineront dans un établissement chic, de commerce ou de jeux. Des plus beaux, majestueux, immodestes et magnifiques il en est un qui dépasse de loin les autres. Nous voulons parler du “Veneziano”. Plus de 4000 chambres, des commerces, des cours d'eau dehors pour les gondoles qui attirent par leur mouvements et leur beauté. Et dedans par des cours d'eau encore plus longs qui permettent aux gondoliers de prendre des passagers et de leur chanter une romance italienne, au milieu de restaurants et d'une place grouillante de monde. On s'y croirait. La climatisation, les quartiers reconstruits, les bistrots, les caffé et ristorante, les cours d'eau, le ciel, la végétation, les arcades, les places, les chanteurs des rues et musiciens de la place Saint Marc reconstituée en démesurée donnent le vertige et exprime mieux que quiconque le pouvoir de ce qui a pu permettre cela: l'argent. La nuit apporte sa magnificence avec ses couleurs exagérées dues aux éclairages accentués et surpuissants.
Nous y mangeons d'excellentes pâtes le soir.
Mais mon objectif se met à faire un méchant bruit de ventilateur aux pales tordues.
Le lendemain, nous courons tout Las Vegas (plus de 6 miles de long) pour finir par acheter un 18-200.
Nous rentrons épuisés .
Nous allons quitter cet endroit pour retrouver la nature, Valley of the Fire et Zion.
Esiosw
Bécasseau à échasses de Californie
Bécasseau à échasses de Californie
 
Messages: 43
Inscription: Jeu 29 Avr 2010 14:51

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Garfield » Ven 18 Juin 2010 21:39

Arf ! je vous l'avais dit : des Cocos qui passent par las Vegas... Y'a forcément un problème quelque part !
;-)
bisous
Avatar de l’utilisateur
Garfield
Merlebleu de l'Ouest
Merlebleu de l'Ouest
 
Messages: 14
Inscription: Dim 6 Juin 2010 11:22

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar dommm063 » Dim 20 Juin 2010 18:08

:clap:
Avatar de l’utilisateur
dommm063
Administrateur du site
 
Messages: 16321
Inscription: Jeu 21 Fév 2008 23:23
Localisation: Clermont-Ferrand, France

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Garfield » Jeu 24 Juin 2010 19:57

Pas de nouvelle ???
On s'inquiète...
Au moins un message...
bisous
Avatar de l’utilisateur
Garfield
Merlebleu de l'Ouest
Merlebleu de l'Ouest
 
Messages: 14
Inscription: Dim 6 Juin 2010 11:22

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Esiosw » Ven 25 Juin 2010 03:30

Nous voici de nouveau dans la civilisation.
Nous sortons du dernier parc du Sud, et nous avons pratiqué le camping sauvage, donc aucune liaison.
Ce soir nous avons mangé dans un best western à Torrey (Utah) une côte de boeuf désossée de 350g chacun, un délice. il fait encore 40°.
Tout va bien. On a fait 2400 miles et on en est à notre 2ème plein.....
On monte demain sur Salt Lake City. Il est 20h22 le 24 et on ne sait pas encore où on va dormir.
Le premier arbre au bord d'une rivière dans le désert fera l'affaire.
A bientôt pour quelques détails sur nos jours de silence, qui ont été bien remplis.
Françoise et Serge
Esiosw
Bécasseau à échasses de Californie
Bécasseau à échasses de Californie
 
Messages: 43
Inscription: Jeu 29 Avr 2010 14:51

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Esiosw » Ven 25 Juin 2010 20:28

Voici la suite:

Vendredi 18 Juin 2010

Départ du KOA de Las Vegas.
Il fait 91°F en ville, et lorsque nous arrivons sur les routes du désert, 105°F.
Nous rencontrons des lotissements à un, deux ou quatre appartements, villas toutes pareilles, bien alignées, 4m autour de chaque villa. Un panneau propose l'achat de maisons en leasing.
Nous allons vers le Hoover Dam, embouteillage dû au contrôle de police. Nous sommes de nouveau fouillés.
Nous faisons quelques photos de ce très grand barrage beaucoup moins impressionnant le jour que la nuit.
Puis nous faisons demi-tour pour longer le lake Mead. Ce parc est le premier que nous traversons dans lequel il y a de petites pistes goudronnées sur lesquelles tous les véhicules motorisés sont interdits. Dans les autres parcs, motos et quads s'en donnaient à coeur joie dès 7h du matin.
Nous déjeunons au bord du lac. Quelques personnes sont sur la plage, bronzant et se baignant.
Nous repartons à 13h45. Nous avons été le seul RV à aller sur le bord, avec quelques voitures. Les autres sont dans un camping à 1 mile de là et les gens viennent à pied.

Nous continuons la route du bord du lac vers Valley Of Fire.
Ce parc est surprenant. Juste à cet endroit là, les montagnes au centre ne sont pas protégées comme les autres par cette poussière-terre d'érosion recouverte d'une maigre végétation. Tout autour, l'érosion a fait son oeuvre mais le reste des montagnes est gris-vert avec quelques petites tâches rouges, comme un début ou une fin. Tous les sommets du centre de ce parc sont rouges, érodés par le sable et le vent sans que rien de végétal ne puisse s'y fixer. Les mouvements de terrain, tremblements de terre, fissures, basculements, mouvement des plaques, ont permis un enchevêtrement des couches géologiques, et ce mélange de couleurs parfois surprenant apporte une touche magnifique. Rouge, blanc, blanc veiné de rose, gris, jaune, rose, mauve, presque ocre, certains pics vanille-chocolat ou vanille-fraise... Des formes et des allures bizarres qui font penser à des animaux, des visages... On voit même quelques arches, quelques pans troués comme du gruyère. L'érosion a gagné.
C'est vraiment magnifique.
Nous allons même sur des pistes interdites aux RV qui sont très praticables. Il faut seulement ne pas se faire prendre par l'heure car le garde ferme les pistes à la tombée de la nuit, sans regarder si quelqu'un y est encore. Gare au malheureux qui se ferait coincer, sans eau dans cet endroit un peu chaud, même la nuit. Notre thermomètre dehors affiche 38°2 à l'ombre à 19h lorsque nous quittons la Valley of Fire, et nous trouvons qu'il fait frais dans le camion à 26° avec la clim. En ne marchant pas beaucoup et en nous arrêtant beaucoup même si les RV sont interdits, nous avons mis 4 heures à admirer ce parc.
Nous partons vers Springdale avec l'intention de nous arrêter sur une rest area sur l'autoroute.
Nous traversons des villages-oasis avec de jolies petites maisons et des jardins gazonnés, des arbres fleuris, on ressent une bonne qualité de vie.
Vers 20h, toujours aucune aire, repas tranquillement sur le bord de l'autoroute sur un truck area, sans lumière aucune. Par mesure de sécurité, nous n'y restons pas et continuons notre route jusqu'à Mesquite où nous quittons la I5 pour dormir sur le parking du Wall-Mart.



Samedi 19 Juin 2010

Courses au Wall-Mart, entre autres un disque dur USB2 de 1 terra gros comme un Ipod pour 136$ taxes comprises. Il paraît que je fais trop de photos. Hier je n'ai fait que 13 Go de photos depuis le barrage jusqu'après la Vallée de Feu.
Mais c'est si beau....

Nous cherchons une banque qui fasse le change, de l'eau pétillante et du fromage.
Nous ne trouvons que la sparkling water, au 3ème petit market.

Nous quittons ce joli petit village en passant près d'un golf et un très beau terrain de Base Ball vers midi.

Autoroute, nous sortons pour manger vers Virgin River Canyon. Nous continuons cette route désertique malgré l'eau bien présente dans le canyon. Beaucoup de Yuccas en forme d'arbrisseaux à troncs gros et feuilles courtes.

L'arrivée sur Zion est splendide. L'influence de la Virgin River se fait sentir. Les herbages pour les chevaux, vaches et animaux de fermes sont pratiquement marécageux. Les montagnes alentour arides et toujours très colorées. Même le macadam est rouge.
Plus on approche de l'entrée du parc, plus les arbres prennent de la hauteur et de l'amplitude, donnant une ombre très agréable. Mais les camping sont full. Nous tentons quand-même notre chance, et miracle, une place s'est libérée, pour une nuit seulement, en plein cagnard, pour 18$, avec électricité.

Dimanche 20 Juin 2010

En se couchant vers 22 h, on veut ouvrir toutes les fenêtres pour aérer le camion. Impossible à faire, certains doivent brûler leurs déchets dans les barbecues, l'odeur est insupportable. Un descendant de Landru était peut-être en vacances à Zion. Cet après-midi en récupérant le camion après visite de Zion, l'odeur est encore là.
Vers 4 h du matin, il fait un peu frais Serge met le chauffage vers 5h30. Il faisait 18°5 dedans.
Debout 7 heures. Train-train habituel, passage à la dump station, et nous garons le camion dans un parking à côté de la gare du shuttle, près du Visitor Center.
Vers 8h30, nous prenons le shuttle. Nous montons jusqu'au terminus. Nous y sommes vers 9h15.
On a un peu froid là-haut, on se dirige vers la Virgin River qui profite déjà de quelques rayons de soleil. Il n'y a pas de bancs car ce passage est hors-piste et donc interdit pour préserver la faune et la flore. Nous trouvons un gros caillou et un tronc sec qui nous serviront de siège. Dos au soleil, nous passons un bon moment à nous réchauffer de la montée en shuttle toutes fenêtres au vent qui nous a congelés. Nous nous promenons un peu au bord de l'eau à admirer les oiseaux qui dansent dans les a-pic des falaises. Deux oiseaux jaunes de la taille de moineaux batifolent. Puis nous allons vers le trail qui serpente le long de la rivière au fond du canyon. Nous photographions woody woodpecker. Et des quantités d'écureuils à queue plate, qui semblent habitués à être nourris, bien que cela soit interdit. Ils sont même demandeurs, agitant leurs petites pattes de devant comme des petits bras quémandeurs.
Nous allons péniblement jusqu'au bout, et le chemin continue, mais il utilise le lit de la rivière. Le niveau de celle-ci est trop haut et sur 200m les courageux marchent dans 40cm d'eau avant de retrouver les galets à sec du bord de la rivière qui les conduisent aux gorges sculptées de Zion que nous ne verrons qu'en photo.
Nous remarquons que curieusement si dans la Vallée de Feu, les collines environnantes sont en meilleur état, ici c'est tout le contraire. Les collines environnantes sont du même type que celles des alentours de la vallée de feu, gris-vertes recouvertes de végétation, mais avec plus d'accidents de terrains découvrant les couches sédimentaires rouges et blanches érodées.
Les gorges de Zion sont impeccablement découpées, verticales, sans couloirs d'érosion, sans même les fatras de roches signalant une quelconque ancienne ou récente avalanche. C'est peut-être l'exigüité du canyon, sa végétation luxuriante qui protègent de la chaleur et de l'érosion ces falaises abruptes.
Nous reprenons le shuttle qui nous lâche au splendide restaurant de Zion Lodges à ne surtout pas manquer : hotdogs, hamburgers, cheese burgers, bacon cheese burgers, french fries et magnums de sodas. Ice creams petits (taille normale) ou grands (pour américains).
Nous sommes tellement crevés que Soise s'endort à table. Pour une fois, ce n'est pas Serge qui dort. Il surveille les sacs, et en profite pour faire deux photos.
Retour au Visitor Center en shuttle, avec le Ccar, nous demandons au camping s'il y a une place pour cette nuit, mais non, aucune.
Pourra-t-on passer demain matin au dump du camping? Non plus.
Où peut-on aller passer la nuit? Aucune place, vous pouvez aller au parking en plein soleil et en terre battue de l'overflow qui sert de parking le jour aux voitures qui n'ont trouvé de place sur aucun parking. Ca ne nous plait pas. On va chercher ailleurs.
Nous avons repéré, hier, en montant vers le parc vers le km 24 une aire sauvage boisée entre la rivière et la route. Quelques tentes, caravanes, y séjournent. Nous y allons et nous y installons au point le plus à l'ouest au bord de la rivière sur un terrain sablonneux assez mou vers 16h. Groupe, clim, appareils en charge et sauvegarde de l'ordi toujours en cours.
Point GPS: N 37° 10' 14” & W 113° 06' 33” sur Hwy 9, Rockville UT, entre Dalton Wash Road (6300 yd) et Zion Park Blvd Hwy 9 (2600 yd).
A 22 h au moment d'aller au lit, la sauvegarde sur le DD d'1 To est finie. On coupe tout pour dormir dans le calme.

Lundi 21 juin 2010

Debout à 8 h 30, un peu de recup car nous ne sommes pas pressés aujourd'hui, au programme il y a passer le tunnel de Zion et emprunter une petite route de 50 Miles qui serpente au fond d'une gorge vers Bryce.
Un peu de lessive, quelques photos et à 10h07 on démarre du camping sauvage de la borne 24.
Nous retraversons avec plaisir les très jolis petits villages du bord de l'eau. Tout est très vert, les villas sont très belles. L'endroit est apaisant et tranquille, très arboré. De grands ranchs avec en fond les montagnes désertiques.
Nous entrons dans le parc, payons les 15 dollars du tunnel, qui en semaine n'est ouvert que de 6h à 8h le matin et de 4h à 8h le soir. Le soleil d'Ouest donne de plus belles couleurs, donc nous sommes contents de passer le tunnel à 16h, le soleil sera avec nous.
Nous allons visiter le musée, très intéressant. Nous comprenons sans sous titre l'indien qui parle, car sur un grand écran, l'histoire du Canyon nous est racontée.
Nous nous posons quelques questions sur les Mormons, Douglas devrait nous apporter les réponses.
Nous allons sur l'aire de picnic du South Campground qui est déserté et ombragé autant que l'aire du Visitor Center est comble et en plein soleil. Va comprendre. Nous passons deux heures à manger et pour Serge à faire la sieste et 2 ou 3 véhicules passent et repartent. Je pars à la chasse à la photo d'oiseaux, et si je ne réussis pas bien mes photos, je me régale à observer ces oiseaux de toutes les couleurs, des bleus, des jaunes, un rouge, des petits et des grands, et je vois même un nid dans lequel un oiseau couve ses petits.
Nous allons compléter les pleins d'eau et vidanger les eaux sales vers 15 heures.
Nous allons voir si une queue s'est formée pour le tunnel. 2 cerbères nous font signe de faire demi-tour et de retourner d'où on vient.
Nous nous représentons à 15h58, même manège, le ranger nous fait signe de faire demi-tour tout en consultant sa montre comme un arbitre en fin de match. Nous faisons le tour du rond-point, faisons demi-tour dans l'allée privée qui conduit à son habitation et nous pouvons enfin passer le barrage.
Cette route est défoncée, en pleins travaux, ne permet pas de dépasser les 15 miles, mais le paysage, les gorges, les falaises, les grottes, les dômes, les a-pics, les lumières, les couleurs, nous en prenons plein la vue. Mais ceux qui nous suivent auront largement eu le temps d'apprendre la bande publicitaire de notre loueur El Monte RV, car Serge roule assez lentement pour que je puisse prendre des photos en me penchant à la fenêtre.
Au tunnel, blocage ½ heure en attendant que ceux qui descendent soient tous passés.
Le dernier véhicule qui descend transmet un témoin à la Ranger qui sait comme ça qu'il n'y a pas d'autres vehicules dans le tunnel.
Donc, les 15 dollars demandés aux véhicules de gros gabarit tels les Ccars, c'est une belle arnaque. Ils nous ont prétendu qu'ils allaient interrompre toute circulation seulement pour nous et que c'est pour cela qu'il y a cette dime. Or tous les véhicules profitent de cette circulation alternée.
Nous passons le tunnel, et un second qui a été agrandi, et à la sortie, le paysage a totalement changé. Montagnes érodées, striées, colorées, beaucoup plus usées. En plus elles sont striées dans tous les sens. Les mouvements de terrains ont dû être très violents pour arriver à de telles fractures de courbes de terrain.
A 17h11, les gorges s'élargissent, nous sortons du parc, nous montons et arrivons sur un plateau très vert, avec des prés immenses, de belles forêts. Nous voyons nos deux premiers bisons.
Nous faisons plusieurs arrêts photo, dont un pour photographier, en haut d'une colline, Trois animaux.
Nous suivons la Virgin River, puis la Sevier River, à la borne 108, nous entrons dans Garfield County. GPS N 37°32'43” W112°29'15”, sur l'US89 à Alton Utah. Ceci pour toi, Eric.
Le paysage est de plus en plus vert, des vaches noires paissent, plein de mares, même les collines et montagnes sont très arborées, la rivière que nous suivons serpente en se tortillant dans tous les sens. Juste avant, une petite route menait au bord de l'eau, où un pêcheur s'était installé.
Nous décidons de continuer et bien nous en prend, car nous passons 2 parcs à RV chers et en plein soleil, et arrivons à Red Canyon, merveilleux, à la bonne heure pour les photos, 18H, pour finir par trouver un camping national, qui nous accepte pour 15 dollars, pas électricité ni eau aux emplacements, une belle table sur un socle de béton, 2 barbecues et quelques milliards de moustiques à qui nous laissons volontiers la place dehors s'ils nous laissent tranquilles dedans.

Mardi 22 Juin 2010

Miles 2145,7 GPS N37°44'37” W112°18'52”
Adresse Red Canyon Campground Dixie National Forest US Department of Agriculture
Lever 8h . A 9h24, vidange et plein fait, nous partons vers Bryce Canyon.
En remarque, les toilettes des campings ou des parcs sont toujours nickel. Sont-ils plus propres que les européens, sont-ils mieux organisés? Les deux, je pense. Dans les campings, nous avons vu une employée balayer les emplacements en terre autour du barbecue, de la table. On trouve à chaque fois, dans les aires de camping ou de pique-nique des traces de balai ou de rateau montrant le nettoyage des emplacements. Pour l'eau propre et les eaux sales, des dump station existent même dans les parcs. On y a même vu un tordu en train d'y laver son Ccar avec de l'eau potable, car ici ils font bien la distinction entre l'eau potable et l'eau pour laver.
La route monte jusqu'au plateau, très légèrement vallonné, la végétation a tout recouvert, tout est gris-vert. Par ci par là, une tache orange ou rouge, ou jaune, qui montre que l'érosion est tenace et prête à recommencer à sculpter les reliefs.
Dans les prés, nous voyons des vaches noires et quelques arbres assez petits.
Petite remarque : aux USA, la pratique de s'effacer pour laisser passer une moto n'existe pas. On a beau se mettre sur le bas-côté, ils ne doublent pas tant que la voie inverse n'est pas complètement libre. Et quand ils sont devant, ils occupent toute la voie et ne font aucun effort pour se laisser doubler.
Nous sommes toujours sur le plateau, les prés sont immenses, ce sont des propriétés de plusieurs milliers d'hectares.
9h50, nous entrons dans Bryce Canyon. Nous allons faire toutes les haltes et les petits chemins qui bordent les points de vue, à l'aller et au retour.
Il faut dire que ça vaut le coup de tout voir avec les lumières qui changent entre le matin et le soir. Les 3 premiers miles sont les plus beaux. En fonction des lumières de l'est ou de l'ouest, les lieux ne gagnent rien en majesté, mais gagnent en reliefs, en couleurs, c'est différent. Certains préconisent de faire le parcours avec le coucher du soleil. Mais le parcours fait 20 miles et être partout en même temps est difficile. C'est pourquoi nous avons opté pour tout voir deux fois, avec des lumières différentes.
Depuis le début de notre voyage, et au vu de nos difficultés personnelles de locomotion, nous avons vu que pratiquement tous les view points sont accessibles aux handicapés marchant un peu ou en fauteuil, grâce à des chemins cimentés ou goudronnés ou en terre battue bien damée. Ils sont assez larges pour se croiser. Il y a de quoi s'en mettre plein la vue. Par contre, les shuttles ne sont pas tous équipés.
Après les 3 premiers miles, il y a quelques points magnifiques, dont Natural Bridge qui est très surprenant, c'est plus une arche qu'un pont. Malheureusement ensuite sur 4 miles, beaucoup d'arbres brûlés et beaucoup d'arbres malades.
Nous voyons même de la neige éternelle, ce premier jour de l'été. Mais il faut savoir qu'ici, il gèle plus de 200 jours par an. Tous les points de vue se situent entre 8000 et 9000 pieds.
L'érosion a fabriqué des quantités énormes d'aiguilles blanches, roses, rouges, jaunes en formant des silhouettes de personnages ou d'animaux que la légende indienne raconte ainsi: Avant les être humains, il y avait beaucoup d'animaux ici, qui avaient le don de prendre l'apparence d'humains. Mais ils étaient mauvais, et le Coyote pour les punir les pétrifia en statues à l'endroit même où ils étaient.

Nous sommes obligés de manger sur un parking faute d'aire de pique-nique, au milieu de la valse des bus et des RV. Aujourd'hui pas de sieste, on est plus en forme et ça trottine. 17H30, nous avons fini le tour, le soleil à 9000 Pieds fait déjà de très grandes ombres. Nous quittons Sunset Point et prenons la direction de Kodachrome Basin State park où nous avons décidé de passer la nuit pour 16 dollars entrée du parc+ nuit au camping. Point GPS de notre emplacement N°7 : N 37°31'54” W11°59'34”.
Un cirque et des monolithes nous entourent, certains sont formés d'une base rouge et d'un sommet blanc, d'autres sont tout blancs et leurs bases que l'on croit rouges ne font que les recouvrir, taillées comme un bout de crayon graphite, laissant apparaître par une mauvaise coupe la mine donc le monolithe blanc.
Encore un paysage différent et étonnant.

Mercredi 23 Juin

2231 miles. Après quelques photos, vidanges et plein, nous quittons ce très joli petit coin de Kodachrome Basin. Nous reprenons la route de Tropic pour faire le plein d'essence. Le gallon à 3,149 à la station Philips 66 Conoco, ce prix est exorbitant.
Nous faisons qques photos du cimetière de Tropic, où les Lefèvre et les Pollock ont l'air d'être installés pour la postérité un peu comme le hasard l'a décidé. Toutes petites stèles avec comme seul signe distinctif un style différent de stèle, et un petit bouquet de fleurs au pied de la petite stèle. Pas d'alignement, pas de couleur imposée, pas de forme similaire. Ils ont leurs maisons bien alignées et semblables, mais pas leurs tombes. C'est surprenant.
Nous quittons Bryce sur la scenic 12 vers Capitol Reef. Les montagnes environnantes ne sont plus rouges mais blanches et leurs sommets sont noircis. Comme en Libye, les roches blanches noircissent au soleil et donnent un aspect de pierre volcanique. Ensuite les collines verdissent, avec au sommet parfois des pitons blancs, ou gris, qui font penser à des ruines de chateau-fort.
Nous roulons à environ 6000 pieds d'altitude, longeons une rivière au lit assez large, qui a un filet d'eau au fond. C'est très vert et toujours ces petites fleurs printanières jaunes bordent la route.
Les collines passent à la couleur terre grise, formant un chaos de bulles d'apparence terre séchée et crevassée. Il y a peu de végétation dessus, seuls de petits tas verts, des petits buissons ou des arbrisseaux ici et là. Ces formations géologiques sont parfois lisses de la couleur de l'argile.
Nous passons un col à 7600 pieds. La route plonge et ça reverdit. Le relief est effacé par l'érosion et par les forêts de conifères qui le recouvrent.
Nous passons de nouveaux reliefs très érodés, pleins d'éboulis. De nombreux genepis stabilisent les versants en chaos.
9h55, nous entrons dans Escalante Petrified Forest SP. Voyant notre macaron GIC, le ranger nous informe gentiment qu'il y a ¾ d'h à 1h de marche pour un bon marcheur pour aller voir les arbres pétrifiés. Nous ne pouvons pas faire cette balade en moins de 3hA/R et donc nous y renonçons.
Escalante est un tout petit village de quelques maisons sur le plateau avec une belle piste d'athlétisme, alors que nous sommes à 4470 pieds.
D'immenses travaux près de la forêt pétrifiée sont en cours, on dirait qu'ils construisent un grand barrage de terre.
Sur la route, on traverse une immense étendue blanche. Ensuite, ça reverdit.
Nous traversons un autre paysage très érodé tout lisse, tout rond, qui ressemble à de grosses masses de sable pétrifié dont les formes ont été adoucies par le vent chargé de sable.
La route monte, monte, et on arrive sur une cîme. La route serpente de cîme en cîme entre deux ravins, sans garde-fou. Les à-pic sont d'environ 1000 pieds de chaque côté. C'est magnifique.
Nous descendons sur le plateau, à droite un canyon assez profond, on voit de loin une grande tache verte. La route descend très abruptement et nous arrivons sur la vallée de Boulder. C'est cette tâche de verdure que l'on a dû voir de plus haut.
La route entre Escalante et Boulder est de toute beauté et mérite à elle seule d'emprunter la scenic 12.
Vers midi, 2313 miles, nous entrons sur la Burr Trail Road. Les collines sont érodées et lissées par le vent de sable qui s'accumule à leurs pieds.
Dans le fond de la vallée, nous rencontrons des rangers qui entretiennent cet oasis tout vert aux arbres immenses. Nous voyons le lit de la rivière sec.
La route est pleine de nids de poule et semble peu entretenue. Jusqu'au camping, elle est fréquentée donc détériorée. Ensuite, elle est en meilleur état.
Dès qu'on est sortis du fond de la vallée, l'oasis disparaît et le désert réapparaît.
En pleine ligne droite, sans arbre ni végétation, je vois un arbre gigantesque sur la droite qui nous invite à profiter de son ombre. Nous avons de l'éducation, nous acceptons. Et comme c'est le seul que nous ayons rencontré de la journée, il eut été idiot de refuser.
Repas au point gps N37°50'54” W111°22'14”.
On est si loin de tout, on est seuls au monde et je suis sûre qu'on pourrait y passer la nuit sans être ennuyés. On y trouve même de l'absinthe à profusion et à défaut de la distiller, on peut en faire du thé en la mêlant au thé vert. Les berbères des montagnes marocaines de l'Atlas, manquant de menthe l'hiver, la remplacent par de l'absinthe.
2318 miles, nous repartons. Le paysage est vallonné, de couleurs ocre rose, ocre jaune, blanche, poli, rempli de genepis, et chaque ruisseau apporte sa verdure et ses arbres.
Nous quittons la route goudronnée pour une piste de terre battue. Un panneau à l'entrée indique qu'il est interdit d'utiliser des engins ou véhicules pouvant détériorer le revêtement de la piste. Pourtant tous les 4X4 rencontrés dépassent les 20 miles autorisés et font de la piste une véritable tôle ondulée. Pour ne pas disloquer le Ccar, nous sommes obligés de rouler extrêmement lentement.
Nous descendons au fond de la gorge rouge et en utilisant une pente assez rude. Falaises à droite, à-pic à gauche. La route est en lacets. Oasis au fond et la rivière est toujours à sec. Sur les falaises on voit des traces d'écoulements d'eau, de cascades. En période de fortes pluies, mieux vaut éviter cet endroit. Tout en bas, nous passons un petit pont et nous voyons une trace d'humidité dans le lit de la rivière. Juste après, nous faisons un arrêt photo, l'endroit est grandiose, mais des centaines de yenyens me préfèrent à Serge, je leur sers de lunch. Nous montons, continuons de traîner sur cette tôle ondulée, croisons une petite voiture de particulier et son chauffeur effrayé nous dit de ne pas continuer car c'est very difficult. Lui-même a fait demi-tour. Nous continuons sur le plateau qui descend très légèrement, et au détour d'un virage serré, nous sommes éblouis par ce que nous voyons. Un basculement à 45° des couches sédimentaires, une route en terre blanche qui serpente en descendant à pic vers le fond de la gorge avec des virages en épingle à cheveux. L'impression est très forte car les dimensions sont immenses, les deux versants du canyon penchent tous deux vers le fond de la gorge, comme si un effondrement gigantesque du fond de la gorge avait eu lieu en cassant la croute supérieure de 200m au moins d'épaisseur, ou comme si au contraire les bords du canyon s'étaient élevés brusquement provoquant la cassure de la partie supérieure devenant à son tour les versants du nouveau canyon, ce qui donne ces plissements en V et l'impression d'instabilité totale de ce passage.
Nous sommes passés sans difficulté et cette piste vaut vraiment le coup. C'est sublime. A condition d'être prêt à rouler au pas pendant une trentaine de miles.
Puis le paysage change, nous sommes sur un plateau, qui à gauche est une grande étendue désertique verdâtre jaunâtre, et derrière une falaise gris-ardoise, alors qu'à droite, ça ressemble à la garrigue.
Sans avoir à prêter l'oreille, on entend le cri déchirant de l'escargot déshydraté. :lol:
Le paysage change plusieurs fois, voir photos (plus tard...)
Nous retrouvons le goudron sur un plateau, 2357 miles, vers 16h. C'est un paysage désertique, de désolation, très chaud, peu de verdure, des millions de yenyens. Dès qu'on sort du Ccar, on est dévorés, grignotés, vampirisés.
Le plateau continue, et soudain apparaît un immense canyon à gauche, brun rouge. Bientôt, un deuxième canyon sur la droite transforme notre plateau en longue langue surplombant les deux canyons, et bientôt le lac Powell.
18H, Nous nous installons dans un parking 14 jours pour remorques et véhicules des vacanciers possédant des bateaux, à Bullfrog.
Nous avons vue sur le lac, les 2 roues sur le trottoir, le ccar est horizontal. Point GPS N37°31'32” W110°44'20”.

A bientôt
Françoise et Serge
Esiosw
Bécasseau à échasses de Californie
Bécasseau à échasses de Californie
 
Messages: 43
Inscription: Jeu 29 Avr 2010 14:51

Re: Circuit Parcs Ouest américain en camping car

Messagepar Isabelle74 » Sam 26 Juin 2010 11:58

:super:
Bonne continuation...
Je me souviens bien des petits écureuils au terminus du Shuttle à Zion, ils faisaient la "carpet"
Isabelle
Isabelle74
Eléphant de mer pépère
Eléphant de mer pépère
 
Messages: 1390
Inscription: Dim 26 Oct 2008 17:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers Carnets de voyage aux USA

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: brem, mickdep et 3 invités